Accès au salon d’honneur de l’aéroport : Badio Camara et Atepa, une dispute sans protocole

Accès au salon d’honneur de l’aéroport

Il y a quelques jours, Pierre Goudiaby Atepa et Mamadou Badio Camara ont eu une petite altercation à l’aéroport Senghor. L’inci­dent est lié à une histoire de véhicule qui devait les conduire au salon d’honneur alors que tous les deux revenaient de voyage.

Un incident a opposé l’architecte-conseil de l’ancien président de la République Abdoulaye Wade, M. Pierre Goudiaby Atepa, au Premier président de la Cour suprême, Mamadou Badio Camara, à l’aéroport de Dakar. Il y a quatre jours environ, les deux éminentes personnalités se sont retrouvées sur le tarmac de l’aéroport, de retour d’un voyage.
Des personnes présentes à l’aéroport ont rapporté qu’à sa descente d’avion, l’ingénieur-architecte n’a pas accepté qu’au pied de l’avion il n’ait été prévu qu’un seul véhicule qui était destiné à transporter le Premier président Mamadou Badio Camara jusqu’au salon d’honneur de l’aéroport.

Excipant de son titre de président du Conseil d’administration de la Bourse régionale des valeurs mobilières (Brvm) de l’Uemoa, il n’a pas voulu attendre un autre véhicule et a fini par s’imposer de force pour se faire transporter dans le même véhicule. Ces personnes disent que le forcing de M. Atepa aurait incommodé les témoins présents, et en particulier, le personnel de l’aéroport.
Pour sa part, interpellé par téléphone, Pierre Goudiaby Atepa a voulu relativiser les choses. Il a indiqué n’avoir pas voulu d’esclandre et avoir agi de bonne foi : «Depuis plus de 30 ans, quand je voyage, il y a toujours une voiture qui m’attend sur le tarmac à mon retour. C’est ainsi que, quand j’ai vu celle-là, je m’y suis naturellement dirigé, pensant que c’est moi que l’on était venu chercher.»

Quand on lui a expliqué que ce n’était pas le cas cette fois-ci, il dit s’être sagement placé du côté gauche, derrière le chauffeur, pour laisser la place d’honneur au président de la Cour suprême. Une fois au salon d’honneur, Atepa a voulu se présenter à M. Camara qu’il ne connaissait pas et s’excuser d’être monté dans son véhicule de cette manière.
Selon l’ingénieur-architecte, M. Badio Camara l’aurait pris de haut et lui a répliqué d’un ton assez vif, lui disant : «Je ne vous ai pas autorisé à monter dans ma voiture.» Et il n’a pas accepté ses excuses. Et comme pour envenimer les choses, «le responsable du salon d’honneur en a fait une affaire personnelle et a déclaré qu’il allait interdire à toute voiture de me chercher au tarmac de l’aéroport».

Tout en se désolant de la tournure prise par un petit incident dont, à ses dires, «les gens veulent en faire une grosse histoire», M. Goudiaby Atepa souligne avoir écrit au président Badio Camara pour «lui présenter (ses) excuses et clore cette affaire».

Même si, de manière incidente, il s’est trompé et adressé la lettre au président du Conseil constitutionnel. L’architecte souligne aussi en passant qu’il n’est pas à une voiture près, et s’il est exclu du véhicule du salon d’honneur, eh bien, «je prendrais le bus comme tous les passagers».

Ce qui rejoindrait, semble-t-il, le souhait de certains qui indiquent que dans cette affaire, M. Goudiaby a oublié que son accès au salon d’honneur est «un privilège, mais pas un droit». Cet endroit de l’aéroport ne serait réservé, semble-t-il, qu’aux ministres et aux ambassadeurs ? «Accorder l’accès à M. Atepa ne peut être que dérogatoire», soulignent ces témoins.

D’autres ajoutent que, contrairement aux déclarations de l’architecte-conseil, il a fait une telle esclandre que le personnel du salon a été obligé de faire un rapport détaillé qui a été transmis au ministre des Affaires étrangères et des Sénégalais de l’extérieur qui est leur tutelle. Et à ce jour, ce dernier aurait fermé sa porte à M. Goudiaby qui chercherait en vain à le rencontrer.

lequotidien.sn

Laisser un commentaire