2nd tour de présidentielle guinéenne: Oumarou Sissako Emballo s’expose (Par Talibouya Aïdara)

En officialisant à Dakar un accord avec Nuno Nabiam, Umaro Sissoco Embalo n’a-t-il pas réduit ses chances ? Attention Monsieur Embalo ! Tout excès nuit. A fortiori
l’excès de confiance. Il vous rend aveugle.

Certes vous avez le soutien des faiseurs de rois dans la course vers le Palais face à Domingos Simoes Pereira, mais faîtes attention aux actes que vous êtes en train de poser. L’officialisation de l’accord avec le Candidat du PRS, Nuno Nabian « dans un appartement à Dakar », selon RFI, risque de vous porter un gros préjudice. L’heure est aux alliances pour le second tour en Guinée-
Bissau. Ce duel opposera le 29 décembre 2019 deux anciens Premiers ministres du Président sortant, à savoir, Domingos Simoes Pereira (40,13%) et Umaro Sissoco Embalo (27,65%). Ils sont suivis, respectivement, par Nuno Nabiam du PRS 13% et JOMAV, le président sortant 12%.


Aujourd’hui, Umaro Sissoco Embalo a bénéficié des soutiens de Nuno Nabiam et du Président sortant. Ce qui lui offre de fortes chances de devenir le futur Président de la Guinée- Bissau. Car les 25% de ses alliés ajoutés aux 27% des voix qu’il a pu engranger lui donneront 52%. La confiance est dans le camp de la Coalition MADEM-G15. Ce qui fait dire à leur candidat que malgré l’écart énorme entre lui et Monsieur Pereira, « avec le soutien des autres candidats et du Président sortant, je sais que rien ne peux m’empêcher de gagner l’élection. Si je ne meurs pas, je serai Président de la Guinée-Bissau ». Pour lui, « les élections, ce sont des statistiques. Si vous regardez l’historique des élections en Guinée-Bissau, vous verrez que le PAIGC n’a jamais dépassé ses 40% ». Ainsi, pour lui, « rien » ne peut l’empêcher de devenir Président de la Guinée-Bissau, tant que Dieu lui prêtera vie.

Monsieur le Président, vous avez parfaitement raison en disant que « les élections, ce sont des statistiques ». Et aujourd’hui, ces statistiques sont en votre faveur ; et le Palais de Bissau, à votre portée. Cependant, force est de reconnaître que les enjeux du premier et du second tours, ne sont pas les mêmes. Et ne pourront pas être les mêmes. Si au premier tour, le vote des
militants était lié à un parti, ce n’est pas le cas pour le second tour. Et Cellou Dalein Diallo de la République sœur de Guinée ne me démentira pas, lui qui était arrivé premier à la présidentielle de 2010, avec 43,69%, face à Alpha Condé, 2 ème avec 18,25% et Sidya Touré, 3 ème avec 13 ème %. Malgré le soutien de Sidya Touré avec ses 13%, Cellou Dalein n’a eu final, obtenu que 47,48 % contre 52,52% pour Alpha Condé.

Attention Monsieur le Président ! Les critères de choix des militants indécis des partis perdants sont souvent liés aux discours et aux actes posés par les deux candidats et non aux directives données par leurs leaders. Déjà, les divisions ont commencé dans les partis à Bissau. Plus grave encore, vous venez de poser un acte certes symbolique pour l’intégration des peuples d’Afrique, mais qui risque de vous coûter cher. La matérialisation à Dakar du soutien de Nuno Nabian peut être utilisée par le camp adverse, dans l’optique de vous mettre en mal avec cet électorat indécis qui est en train d’observer. Et pourtant, rien ne vous empêchait de le faire à Bissau,
quand on sait que le 29 novembre dernier, toutes les dispositions ont été prises à Bissau, pour la matérialisation de cet accord. Selon le site web Dakaractu du 29 novembre 2019, « en compétition avec Domingos Simoes Pereira arrivé en tête avec un score de 40,13% lors du premier tour disputé le 24 novembre dernier, Umaro Sissoco Embalo a réussi à enrôler Nuno Gomes Nabiam.

Pour matérialiser cette union qui pourrait être politiquement fatale à Domingos Simoes Preira au second tour, le Madem et la coalition qui a soutenu Nuno Gomes Nabiam devraient parapher un protocole d’accord ce vendredi 29 novembre, dans un hôtel de Bissau. D’ailleurs, toutes les dispositions étaient prises pour que tout se passe comme prévu. Mais la cérémonie a été finalement reportée en raison de l’absence des deux leaders. » Finalement, cette cérémonie qui était prévue dans un hôtel à Bissau, aura lieu dans un «appartement à Dakar », dans la capitale sénégalaise, loin des militants du MADEM-G 15 et du PRS.

Interpellé par la presse sur le « pourquoi Dakar pour l’annonce de cette nouvelle, et non pas Bissau ? », Umaro Sissoco Embalo dira : « C’était le point de rendez-vous le plus pratique pour tout le monde ». Réagissez vite avant qu’il ne soit trop tard. Le camp adverse est en train d’exploiter à fonds cette faille, à Bissau, en disant que vous êtes « le Candidat du Sénégal». Malgré votre déclaration à Dakar sur la neutralité du Président Macky Sall, un tel débat risque de vous porter préjudice comme ça a été le
cas pour Cellou Dalein Diallo qui était estampillé «Candidat des Peuls» en 2010, même si ce groupe ethnique faisait 34% de l’électorat.

Quand on sait qu’il y a quelques mois, le PAIGC avait ouvertement accusé le Président sénégalais, d’interférer dans les affaires bissau-guinéennes, à mon humble avis, Dakar ne devait pas être le lieu de votre rencontre. Monsieur Embalo, expliquez aux Bissau-guinéens avec des arguments convaincants le choix de Dakar, pour votre accord avec Nuno Nabian, 3 ème de la Présidentielle. Ce soutien du PRS constitue, sans nul doute, un coup dur pour le PAIGC et son candidat qui avaient, pourtant, très tôt manifesté leur souhait d’être accompagné par Nuno Nabiam. D’ailleurs, dans la soirée du lundi 25 novembre, une demande de soutien avait été adressée à l’héritier de feu Koumba Yala qui avait promis de l’étudier.

Aujourd’hui que le parti d’Amilcar Cabral a perdu le soutien des faiseurs de rois, Domingos Simoes Pereira et ses alliés exploiteront toutes vos failles afin de vous barrer la route qui mène au palais. Certes, vous avez le soutien des faiseurs de rois, mais n’oubliez que sur les 9 régions que compte la Guinée-Bissau, le PAIGC a gagné les 6 (Bissau, Ioi, Quinara, Tombali, Bulama et Biombo), vous en avez gagné 2 (Bafata et Gabu) et le président sortant, a pris 1 région (Cacheu), en pays Manjack.

Par Talibouya AIDARA
Journaliste/Communicant
Email : aidara.or.t@gmail.com

LAISSER UN COMMENTAIRE