17 ans du « Joola » à Ziguinchor : la présidente des pupilles de la nation demande de décréter le 26 septembre jour férié

17 ans du "Joola" à Ziguinchor : la présidente des pupilles de la nation demande de décréter le 26 septembre jour férié

A Ziguinchor, au sud du Sénégal, la présidente des pupilles de la Nation, Suzanne Diatta, a demandé au chef de l’Etat Macky Sall de décréter le 26 septembre jour férié par devoir de mémoire aux 2.000 victimes du bateau ‘Le Joola’ qui a sombré au large des côtes gambiennes, dans la nuit du 26 au 27 septembre 2002.

« Excellence, par respect pour les âmes de nos parents perdus dans cet océan et pour l’honneur de tous les amis et victimes, nous vous demandons de retirer nos papas, nos mamans et toutes les autres victimes de l’eau glaciale. Le 26 septembre inscrit déjà dans le calendrier républicain doit être décréter comme jour férié en signe de prospection et de respect pour nos 2.000 victimes », a dit la présidente. 

Elle a, par ailleurs, demandé une audience avec le chef de l’Etat pour lui exprimer de vive voix les difficultés qu’ils endurent en tant que pupilles de la nation depuis 17 ans. Mlle Diatta veut aussi que le dossier judiciaire soit diligenté. 

Il y a 17 ans, le Sénégal enregistrait la plus grande catastrophe maritime de son histoire, avec le naufrage du bateau « Le Joola », au large des côtes gambiennes, dans la nuit du 26 au 27 septembre 2002, un drame qui a fait 1863 morts et disparus pour seulement 64 rescapés, selon un bilan officiel. 

Le ferry assurait la navette entre Dakar, la capitale sénégalaise, et Ziguinchor, la principale ville de la Casamance, la zone sud du Sénégal. Il avait une capacité de 500 passagers. Cet accident a été donc visiblement causée par une surcharge de passagers.

La justice sénégalaise a conclu à la seule responsabilité du commandant de bord, disparu dans le naufrage, ce qui fait que le volet judiciaire de cette affaire a été enterré dès 2003. Les familles des victimes s’étaient alors tournées vers la justice française, dix-huit Français faisant partie des victimes.  

En août 2003, une information judiciaire a été ouverte, en France, pour homicides involontaires. Mais en 2016, la cour d’appel de Paris a confirmé le non-lieu que la justice française avait rendu en première instance, en 2014.

LAISSER UN COMMENTAIRE