VIDEO – Agression du commissaire de police de Guinaw Rails: Le père de Saër Mbengue brise le silence

VIDEO - Agression du commissaire

Après la version de la police sur la prétendue « légitime défense » invoquée par le commissaire Diédhiou pour légitimer ses tirs de balles sur le jeune forcené, accusé de s’en être pris à la voiture de fonction du policier , la parole a été donnée à la famille de Saër Mbengue, la victime. Pour celle-ci, c’est sur un malade mental que le policier a dégainé et tiré.

Le forcené, « agresseur du commissaire de police » qui a fini par recevoir des tirs de balles réelles est désormais en détention provisoire, placé qu’il a été sous mandat de dépôt. Alors que la police des polices n’a pas encore conclu son enquête, c’est l’un des oncles du présumé « agresseur » qui a mis une toute petite lumière sur l’affaire. A en croire, l’homme, « Saër Mbengue est un malade mental connu de tout le quartier. » Et l’homme, présenté comme « l’agresseur qui a poursuivi le commissaire de police avant de lui mettre un coup de machette sur la tête » était connu de l’hôpital psychiatrique de Mbao, en banlieue dakaroise.

Aussi, l’oncle de Saër Mbengue a laissé entendre que des témoins qui ont assisté à la scène lui ont dit que c’est à la voiture de gendarmerie que le forcené s’en est pris. « Il était sorti de la maison avec une machette. Et quand il a rencontré un convoi de la gendarmerie, transportant des gendarmes, il a pris sa machette pour frapper sur la voiture. Surpris cet acte, les gendarmes ont arrêté leur véhicule et sont venus à la rencontre de l’homme. » C’est à cet instant que le commissaire Diédhiou qui était du convoi a décidé de venir s’expliquer avec le forcené. Comme l’homme ne jouit pas de toute ses facultés mentales, il s’en est attaqué au policier l’atteignant d’un coup de machette à la tête.

« Aussitôt, le commissaire Diédhiou a sorti son arme et a tiré sur Saër Mbengue, le blessant à deux reprises au pieds. » A témoigné l’oncle paternel du forcené. Contrairement à la première version qui parlait « d’une balle reçues dans le dos« , la famille a déclaré que « c’est seulement les pieds que les balles ont atteint. » Et se voulant catégorique, l’oncle a déclaré qu’il n’y a jamais eu de tirs de sommation, en l’air, comme l’avait laissé entendre les policiers. « D’ailleurs, à quoi serviront des tirs de sommations pour arrêter un fou furieux? » Se demande t-on du coté des gendarmes de Niakh Niakhal chargés de l’enquête.

LAISSER UN COMMENTAIRE