Sénégal: plus de 2700 cas de violences faites aux femmes enregistrés dans 8 boutiques de droit depuis janvier 2021 (AJS)

La campagne des 16 jours d’activisme contre les violences faites aux femmes va démarrer demain jeudi 24 novembre 2021, au Sénégal. Mais d’abord, l’Association des juristes sénégalaises ( AJS) alerte sur l’ampleur du phénomène. Elle informe que depuis janvier 2021, plus de 2700 cas ont été enregistrés dans 8 de leurs boutiques de droit.

On a enregistré 2783 cas de violences faites aux femmes, de janvier à juin 2021. Cela montre que c’est des chiffres assez énormes. Mais c’est sur 7 régions du Sénégal avec 8 boutiques de droit. Cela montre que le phénomène, il est là“, a déclaré Zeynab Kane Bodian, Secrétaire général de l’Ajs.

Par contre, a-t-elle précisé à l’émission Rfm Matin dont elle était l’invitée ce mercredi 24 novembre 2021, “On a des disparités, c’est-à-dire que ce n’est pas toutes les formes de violences qui occupent la même place“.

La boutique de droit de Guédiawaye a battu le record…

Avant de lister : “En première place, on a les violences conjugales, après les violences économiques, ensuite les violences sexuelles, et après les violences physiques et en fin les violences psychologiques. Ce qui montre qu’en fonction des zones géographiques, la boutique de droit de Guédiawaye a battu le record en terme de statistiques sur les violences qui sont rapportées au quotidien dans cette boutique“.

212 cas de viol dont 10 par semaine
S’agissant des cas de viol, l’AJS a répertorié 212 cas dont 10 viols par semaine. “C’est énorme. Et pour nous, depuis qu’on a criminalisé le viol, ça devait être une forme de dissuasion mais malheureusement le viol a été criminalisé, mais ça n’a pas eu la force de dissuasion qu’elle devrait avoir“.

Pour la juriste, il nécessite de continuer à travailler sur la prévention. “Il faudrait qu’on fasse des assises pour voir qu’est-ce qui n’a pas marché. Est-ce que c’est lié à la nature de la procédure judiciaire, est-ce que c’est lié au fait qu’on a alourdi les peines, est-ce que le juge est frileux par rapport à l’application des peines sévères? (…)“, s’est-elle interrogée.

PresAfrik

Laisser un commentaire