Sénégal: le problème consubstantiel dans le milieu carcéral

Les prisons du Sénégal sont réduites à des images d’espaces surpeuplés  et délabrés.

Pénétrer la Maison d’arrêt de Rebeuss ou le Cap manuel, faire la direction des prisons tous azimuts, c’est plus souvent faire le constat d’une apparente promiscuité. En effet la quasi totalité des prisons au Sénégal remontent  à l’époque coloniale. Et le taux carcéral s’élève de plus en plus et demeure une préoccupation des autorités judiciaires. Caractérisées par la surpopulation dans de vétustes bâtiments, par le risque sanitaire qu’elle représente notamment des détenus et par la violence, les prisons au Sénégal font l’objet de transformation et de reconfiguration tant dans le matériel, leur fonctionnement quotidien que par leur portée symbolique. Parallèlement à la surpopulation, les centres de détention souffrent de l’alimentation insuffisante et sans grande valeur nutritive, prise en charge difficile des détenus et des conditions d’hygiène déplorable voire effroyable. Cette surpopulation carcérale s’explique par les nombreuses détentions provisoires et les lenteurs judiciaires.

La plus part des anciens détenus rencontrés, dénoncent les longues détentions et les conditions d’emprisonnement. selon cet ancien pensionnaire de la maison d’arrêt de Thiès qui préfère garder son identité, la situation carcérale est très difficile. Il raconte son calvaire et dénonce également la situation précaire qui règne dans les chambres. Une situation qui engendre parfois des morts dans les milieux de détention. Et d’autres soulignent la vétusté des bâtiments et le manque d’équipement sanitaire .

Ainsi, les défenseurs des droits de l’homme appellent les autorités à mettre fin à la surpopulation carcérale et construire de nouveaux bâtiments afin de renfoncer la sécurité dans toutes les prisons.

 

Laisser un commentaire