Retour à l’ordre constitutionnel : Des missions envoyaient en Guinée et au Burkina Faso par la CEDEAO

En Guinée et au Burkina Faso, les militaires, qui ont pris le pouvoir avec des objectifs très élevés pour une « transition », ont affiché leur volonté à rendre aux civils la direction de leur pays en crise. C’est en tout cas ce que semble faire savoir la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO), qui a décidé d’envoyer des missions dans ces deux pays qui permettront de préparer un rapport pour le prochain Sommet.

En effet, à travers un communiqué l’instance sous régionale dit avoir reçu des communications du Burkina Faso, le 22 avril 2022, et de la République de Guinée, le 25 avril 2022, concernant la transition politique dans chacun des deux pays, frappés par un coup d’Etat militaire.

La note informe que « le Burkina Faso a souhaité disposer d’un délai supplémentaire par rapport à l’échéance du 25 avril 2022 fixé par la Conférence des Chefs d’Etat le 25 mars 2022 à Accra, afin de poursuivre les consultations sur diverses questions ».

Quant à la Guinée, selon toujours le communiqué, elle a présenté les évolutions récentes concernant le processus de transition et souhaité également avoir davantage de temps par rapport à l’échéance du 25 avril 2022 pour permettre la poursuite des consultations.

Lors du dernier sommet tenu, début avril, à Accra, le président de la Commission de la CEDEAO, Jean-Claude Kassi Brou, avait déclaré que “les chefs d’État ont décidé de demander aux autorités militaires actuelles de proposer très rapidement un calendrier pour le retour à l’ordre constitutionnel ».

En Guinée, colonel Mamady Doumbouya, à la tête de ses forces spéciales, a renversé, le 5 septembre 2020, le président Alpha Condé –aujourd’hui libéré-, dont les deux dernières années ont été agitées par les protestations meurtrières contre son troisième mandat.

Au Burkina Faso, le lieutenant-colonel Paul-Henri Sandaogo Damiba a pris le pouvoir, le 24 janvier 2022, après deux jours de mutinerie, et a déposé le président élu, Roch Marc Christian Kaboré, dans un contexte d’exaspération devant la contagion jihadiste.

 

Laisser un commentaire