Port Masque: les poissonnières de Keur Massar ont plus peur de l’amende financière que du virus

Les nouvelles mesures prises par les autorités, notamment le port obligatoire, bien que contraignantes pour les vendeuses de poisson sont pourtant repectées par ces dernières. De fait, c’est surtout la sanction financière frappant les récalcitrants qui les pousse à se conformer aux interdictions édictées par ces autorités.

La répétition étant pédagogique, le message du ministre de l’Intérieur de ce vendredi semble être bien compris par la population. Dans les différentes rues de la capitale, nos compatriotes ont, dans leur majorité, commencé à respecter le port du masque qui est devenu obligatoire. Au marché jumbo de Keur Massar, les poissonnières, jusqu’ici réticentes au port du masque, ont fait l’effort de mettre cet accessoire sur leur visage. Peu préoccupées par les impératifs de santé publique, ces braves dames ont plutôt le souci d’éviter de se voir délester de quelques billets de banque pour payer l’amende financière à laquelle sont exposés les contrevenants au port du masque. Yvonne Sagna, rencontrée au marché jumbo, étale ses convictions.

Habillée de vêtements traditionnelle sur laquelle elle a mis un tablier rouge, notre interlocutrice indique qu’ « au niveau de ce marché, nous autres poissonnières portons les masques jusque pour éviter d’avoir à payer l’amende financière. Nous nous préoccupons moins du virus que de l’amende financière qui peut grever nos recettes ». « Le peu que nous gagnons si nous devons en être délestées de 3000 frs à 20.000 frs, ce serait carrément nous ruiner » ajoute-t-elle en souriant et en affichant une insouciance énorme. une telle déclaration est partagée par l’ensemble des poissonnières du marché qui semblent adhérer à la posture de Yvonne Sagna.

Dans ce lieu d’approvisionnement en denrées alimentaires et autres types de produits, excepté le port du masque, aucune mesure préventive n’est respectée par les différents acteurs du marché. En outre, dans ce lieu de forte concentration humaine, personne ne semble se soucier de la distanciation physique. Il serait à la limite difficile de respecter certaines mesures, dès lors qu’il n’existe aucun contrôle pour gérer le nombre très important de personnes qui viennent se ravitailler dans ce gros marchés. L’étroitesse des allées ne facilite d’ailleurs guère le respect des gestes barrières. L’ambiance est bon enfant, les discutions vont bon train, les étals sont pris d’assaut. Le port du masque est respecté mais, pour ces commerçantes, leur souci majeur n’est plus le covid-19 et ses multiples conséquences très néfastes, mais plutôt l’amende financière qui leur sera infligée si elles ne respectent pas les interdictions du ministre de l’Intérieur.

Cette perception n’est pas propre aux poissonnières du marché jumbo, elle est aussi partagée par les commerçants du Grand marché de Keur Massar, situé derrière le fameux rond-point devenu l’identité de la commune ou bien le point de repère des étrangers qui débarquent pour la première fois dans la commune. une marée humaine campe le décor de ce marché. Ici, le port du masque est visible sur tous les visages. une dame assise sur une chaise, Ndeye Fatou Dieng, assise sur une chais, parapluie au-dessus de la tête pour se protéger contre la canicule qui dicte sa loi, avoue plus craindre l’aspect pécuniaire que la pandémie. « Nous portons malgré nous le masque qui nous étouffe. Certes, le virus est dangereux et le marché peut être un lieu de transmission. Nous en sommes conscientes et d’ailleurs nous contraignons nos collègues récalcitrantes à porter le masque. Parce que si nous ne le faisons pas, on risque non seulement de se voir infliger des amendes qui vont diminuer nos maigres chiffres d’affaires, mais aussi les clientes peuvent nous fuir pour aller vers d’autres marchés » explique Mme Dieng.

Le discours du ministre de l’intérieur laisse les citoyens sur leur faim
Beaucoup de citoyens restent sur leur faim car, pour eux, rien de nouveau sous le soleil à propos des mesures barrières. Interpellé sur le discours du ministre de l’Intérieur, M. Benoit Diédhiou, résident de la commune Sicap Mbao, manifeste sa déception. « Avant d’exiger le port du masque, l’Etat devrait au préalable en distribuer à la population. De ce fait, il serait plus confortable à partir du moment où les gens en disposeraient en qualité et en quantité », dit-il. selon notre interlocuteur, s’il s’agit de sanctionner, les autorités sont très promptes alors qu’elles ont déserté le champ du combat en laissant le peuple seul face à son destin.
Beaucoup de jeunes rencontrés dans la banlieue manifestent leur désaccord, soutenant que l’Etat ne fait rien pour le peuple dans la mesure où les 10.000 000 de masques tant chantés par les autorités ne sont pas encore distribués et cela fait plus de 5 mois que la population attend. selon ces jeunes, ils sont si paumés qu’ils ne peuvent se payer un bout de pain, alors leur imposer le port du masque… Ils interpellent donc l’Autorité à doter le peuple en masques et abondamment.

Le Témoin

Laisser un commentaire