People : découvrez comment Aya Nakamoura est devenue chanteuse

    People : découvrez comment Aya Nakamoura

    People : découvrez comment Aya Nakamoura est devenue chanteuse
    People : découvrez comment Aya Nakamoura est devenue chanteuse

    La star malienne de 23 ans Aya Nakamoura lors du lancement de sa tournée , est revenue sur son enfance dans les colonnes du magazine « Elle ». Elle a aussi ses débuts, mais aussi les carrières auxquelles elle a renoncé, par amour pour la musique mais pas seulement !

    À l’occasion du lancement de sa tournée, Nakamura, Aya Nakamura a accordé un entretien au magazine Elle. Dans les colonnes du dernier numéro, l’artiste de 23 ans a accepté de revenir sur son enfance. Elle naît à Bamako, au Mali et arrive à l’âge de 2 ans à Aulnay-sous-Bois, en Seine-Saint-Denis.

    « Si je n’avais pas été malienne et si ma mère n’était pas griotte, je n’aurais jamais été Aya Nakamura« , confie la chanteuse, qui est mordue de musique depuis sa tendre enfance. « Depuis toute petite, je kiffe la musique. Je disais à ma mère : ‘Franchement tu ne devrais pas chanter dans les aigus !’ Elle m’engueulait. ‘Mais qu’est-ce que t’y connais, toi ?’ Maintenant, elle veut faire un feat avec moi« , se souvient l’interprète de La Dot.

    En famille, c’est elle qui est aux commandes. Aînée d’une fratrie de cinq enfants, elle est la « chouchoute« . D’où son caractère bien trempé. « J’ai toujours dit ce que je pensais, même toute petite et quand tu es une femme, on te regarde différemment. Je disais à mon père, qui n’aidait pas ma mère : ‘Lève-toi et range’« , confie Aya Nakamura. Ma mère me répondait : « Tu te prends pour la fille du président ?« 

    C’est justement cette détermination qui la pousse à refuser une perspective de carrière déjà toute tracée. Aya Nakamura envoie balader la Fédération de natation, qui « lui trouve des qualités d’athlète et veut l’enrôler en compétition« , explique l’article de Elle. « Flemme. Je commençais à aimer le maquillage et c’est relou d’être tout le temps mouillée« , lâche l’artiste. Même chose pour ses études dans la mode : « J’adore dessiner et tous les murs de ma chambre étaient couverts de croquis. Alors j’ai voulu faire du modélisme, mais quand j’ai compris qu’il fallait dessiner tout le temps…« 

    Contre l’avis de sa mère, qui lui disait que « chanter n’est pas un métier« , elle part dans un « studio lointain de fou dans le 77 » enregistrer son premier titre, Karma. Elle sort ensuite le clip de J’ai mal qui dépasse le million de vues. En 2016, elle est signée par Warner. La suite, on la connaît. Son deuxième album, Nakamura, est un immense succès. Djadja est d’ailleurs certifié triple platine.

    Avec Purepeople

    1 COMMENTAIRE

    Laisser un commentaire