Parcelles Assainies : « ils m’ont ligoté et torturé pendant des heures », El H. D. F

    Commissariat des Parcelles Assainies : "ils m'ont ligoté et

    Commissariat de Parcelles Assainies :
    Commissariat de Parcelles Assainies : "ils m'ont ligoté et torturé pendant des heures", El H. D. F

    Aux parcelles assainies, un jeune homme d’une trentaine d’années a fait l’objet d’arrestation pour détention de chanvre indien. Devant la barre du tribunal des flagrants délits de Dakar, l’accusé a rejeté toutes les charges qui pèsent contre lui. Celui-ci a soutenu qu’il avait, avec lui, une barre de chanvre qu’il fumait.

    Les faits…

    E.D.F, puisque c’est de lui qu’il s’agit, est impliqué dans une affaire de détention de chanvre indien. Une information anonyme a été passée à la police qui n’a pas tardé à débarqué sur les lieux.

    A l’heure arrivée, ils ont trouvé E.D.F entrain de fumer. L’accusé lui même s’est expliqué en ces termes. « J’étais dans ma chambre entrain de fumer du chanvre. Et à tout coup, 5 agents ont pénétré dans ma chambre. Ils m’ont plaqué au sol et menotté. Ils ont ensuite fouillé toute la chambre qu’ils ont mise en désordre. Ensuite toute la maison a été fouillée jusqu’à la terrasse« , déclare l’accusé à la barre.

    Mais le procès verbal de la police en dit plus. Ceci ajoute que 2Kg de chanvre et une somme de 15.000F ont été retrouvés après la fouille. Et l’accusé d’ajouter ces propos : « je n’avais qu’une barre de chanvre, c’est celle qu’ils ont trouvée dans ma main. »

    Pour les besoins d’enquête, il a été amené au commissariat où il a vécu de très mauvaises heures qu’il divulgue en ces propos « …Mais une fois au commissariat, ils m’ont ligoté et torturé pendant des heures« .

    Le procureur dans son réquisitoire révèle que, selon le procès verbal, l’accusé est reconnu comme délinquant notoire de chanvre et qu’il pratiquait cette activité depuis 2 ans. C’est pour cela qu’il a requis 2 ans de prison ferme.

    Quant à son avocat il a souligné en premier lieu que son client est « inconnue du fichier de la police« , ensuite l’absence de rapport oral de l’agent verbalisateur et que la signature apposée sur le PV n’est pas digne de quelqu’un qui est instruit et ayant un niveau élevé. C’est pourquoi, il a demandé la relaxe pure et simple de son client car les charges qui pèsent sur lui ne sont pas fondées. Le juge, pour sa part, condamne l’accusé à 6 mois d’emprisonnement ferme.

    Laisser un commentaire