Nnamdi Kanu, leader pro-Biafra, devant la justice: un procès sous haute tension

 

Initialement prévu le 26 juillet, le procès du leader séparatiste biafrais Nnamdi Kanu devrait s’ouvrir ce jeudi à la Haute Cour fédérale d’Abuja. Un procès à haut risque pour le Nigeria dans un contexte de montée des velléités indépendantistes. Le chef de l’Ipob a été arrêté à l’étranger et « ramené » fin juin au Nigeria dans des circonstances encore floues. Il est accusé notamment de « terrorisme, trahison et possession illégale d’armes à feu ».

Lorsqu’il comparaîtra dans le box des accusés ce jeudi, Nnamdi Kanu, homme de 54 ans, d’apparence frêle à la tête rasée, devrait dire s’il plaide coupable ou non coupable. Ceci, s’il est présenté devant le tribunal. Son procès a été reporté une première fois car les autorités nigérianes avaient cité des « problèmes logistiques » pour ne pas le transférer de la prison de sécurité maximale de DSS à la Haute Cour fédérale. Cette fois-ci ses avocats veulent éviter une répétition du même scénario.

Incertitudes sur sa présence au tribunal

« Je crois qu’une large partie de l’opinion publique voudrait que Nnamdi Kanu soit transféré au tribunal le 21 octobre. Tout action contraire serait une violation de son droit à se défendre », déclare à RFI, l’un de ses avocats Aloy Ejimakor.

Tout le Nigeria aura cette semaine les yeux rivés sur cette affaire qui prend une dimension politique, avec en toile de fond la façon dont a été arrêté le chef indépendantiste.

« Avant qu’il ne puisse plaider coupable ou non coupable, il y a beaucoup de questions qui doivent d’abord être élucidées », poursuit maître Ejimakor. « Toutes les charges retenues contre lui concernent des événements qui sont survenus avant le 19 juin 2021, jour où il a été appréhendé et extradé du Kenya, mais de cet acte, rien, pas un mot. »

Radicalisation du mouvement séparatiste

Avant 2009, peu de gens avaient entendu le nom de Nnamdi Kanu. Cette année-là, il crée la Radio Biafra, porte-voix depuis Londres de la lutte sécessionniste. Le chef du Mouvement des peuples indigènes du Biafra, Ipob, prône un État indépendant du Biafra dans le sud-est du pays. Au cours des années, son ton se durcit et Kanu exhorte les Biafrais à prendre les armes contre l’État nigérian.

« Au cœur de l’affaire de Kanu, il y a des accusations de trahison, le fait qu’il a demandé à un groupe particulier de se séparer du Nigeria, ce qui est contraire à la Constitution », explique à RFI Mainasara Umar, analyste juridique.

En décembre 2020, le mouvement indépendantiste fonde une branche armée, l’Eastern Security Network (ESN), pour « mettre fin à toute attaque contre le Biafra ». Depuis, les meurtres ont triplé, et plusieurs agents de sécurité ont été pris pour cible.

Kanu est accusé notamment d’être derrière les pillages et incendies contre les institutions gouvernementales dans le sud-est du pays, même si l’Ipob dément toute accusation de violences. Si la Constitution le présume toujours innocent, son combat est de plus en plus critiqué. « Votre combat peut être légitime mais pas s’il dépasse les limites constitutionnelles », juge Umar.

Un homme qui divise

Depuis lundi, le chef séparatiste est sous le coup de trois nouvelles charges concernant des actes de violence et des opérations villes mortes, obligeant les gens à rester chez eux. Certains félicitent les autorités d’avoir mis la main sur un homme qui a « juré de détruire le pays », d’autres dénoncent une injustice de la part du gouvernement fédéral.

« Les autorités ont arrêté cet homme, l’ont enlevé au Kenya ou je ne sais où, elles l’ont ramené au Nigeria, et maintenant le poursuivent en justice », explique à RFI Emmanuel Onwubiko, directeur de l’ONG Human Rights Writers Association (Huriwa).

On ignore toujours où Kanu a été arrêté, même si plusieurs sources pointent le Kenya.

Nord vs Sud

Le cas de Kanu met surtout en lumière les nombreuses divisions ethniques du Nigeria, pays de 210 millions d’habitants. « Au même moment, ces cinq dernières années, des terroristes ont tué des agriculteurs partout dans le nord, et n’ont jamais été inquiétés par le gouvernement », renchérit Onwubiko.

Le pays le plus peuplé d’Afrique est confronté à de nombreux problèmes de sécurité : enlèvements, militantisme, groupes islamistes. Mais pour le directeur d’Huriwa, « le gouvernement fédéral s’en prend uniquement aux gens du Sud. »

source rfi

Laisser un commentaire