Nigeria : au moins 15 morts dans l’attaque d’un convoi par Boko Haram

Nigeria

Des jihadistes du groupe islamiste nigérian Boko Haram ont pris d’assaut et ouvert le feu sur un convoi de camions placés sous escorte militaire dans l’Etat du Borno, au nord-est du Nigéria. Quinze personnes au moins y auraient perdu la vie, selon un bilan non officiel.

Selon l’AFP, l’attaque remonterait à samedi 28 janvier. Le bilan humain définitif n’est toujours pas établi, mais plusieurs témoins ont évoqué auprès de l’agence de presse une quinzaine de victimes.

Un membre des milices civiles, soutien de l’armée dans le combat contre Boko Haram, a de son côté affirmé à l’agence de presse avoir évacué « 24 corps et de nombreux blessés vers l’hôpital ».

Les autorités ne se sont pas encore prononcées sur le bilan de l’attaque.

D’après les témoignages des survivants, les combattants de Boko Haram auraient ouvert le feu sur la route entre Maiduguri, berceau de l’organisation terroriste, et Damaturu, et volé 15 camions escortés par l’armée.

« Ils [les combattants de Boko Haram] sont apparus quand le convoi ralentissait à cause des nids-de-poule sur la route et ils ont ouvert le feu sur les véhicules », a raconté à l’AFP Idrissa Kyari, l’un des chauffeurs du convoi. « Beaucoup de passagers ont fui vers la brousse quand l’armée a commencé à riposter », a-t-il ajouté. Selon lui, les combattants auraient emporté les 15 camions.

Revers pour les autorités nigérianes

Alors que le gouvernement nigérian a revendiqué ces derniers mois plusieurs progrès dans la lutte contre Boko Haram, avec notamment l’annonce de la reprise de la forêt de Sambisa fin décembre, force est de constater que la lutte contre le terrorisme piétine toujours au Nigéria.

La forêt de Karawoso, d’où aurait été préparée cette nouvelle embuscade, est proche de la forêt de Sambisa, fief de la faction du groupe dirigée par Abubakar Shekau. Il s’agit donc d’un revers pour les autorités nigérianes, qui ont rouvert cette route il y a un an, autorisant des camions de nourriture à circuler pour approvisionner l’immense ville de Maiduguri, capitale du Borno.

La stratégie d’encerclement par l’armée des combattants, afin de couper tous leurs ravitaillements en armes et en nourriture, a entraîné de nombreux pillages et tueries dans les villages de la région, ainsi que des attaques contre des camions de marchandises.

Plus de 20 000 personnes ont été tuées depuis le début de l’insurrection armée de Boko Haram en 2009

Laisser un commentaire