Mona Chasserio : « Le seul critère d’accueil à la Maison rose, c’est la souffrance »

Fondatrice de l’association universelle, Mona Chasserio est la « mère » des filles à qui la vie n’a pas fait de cadeau. Ainsi, elle travaille d’arrache-pied avant que ces victimes de la société puissent trouver le chemin de la renaissance à partir de la Maison rose sise à Guédiawaye (Dakar).

Comment êtes-vous parvenue à créer la Maison rose au cœur de la banlieue ?

Quand on est fondateur, c’est tout un parcours, toute une histoire parce qu’on a une vision différente de ce que la société peut proposer. Dans ma première vie, j’ai soigné mais avec des médicaments jusqu’au jour où j’ai eu l’ouverture spirituelle. Donc, c’est comme cela que j’ai rencontré l’Abbé Pierre qui était un moine qui s’occupait des exclus en France mais pas des femmes en particulier. Comme je viens d’une famille matriarcale bretonne, pour moi la femme est vraiment le cœur de la société. C’est elle qui donne la vie, qui transmet les valeurs intrinsèques. Du coup, quand j’ai vu les femmes dans l’état où elles étaient, je me suis dit quels enfants vont-elles mettre au monde. J’avais une maison, un mari et des enfants. J’ai tout quitté pour aller comprendre ce que vivaient les femmes abandonnées. On ne s’occupe pas de la souffrance qui est à l’intérieur des gens.

Est-il facile de s’occuper de la souffrance des autres ?

Pour moi, c’était important d’aller à la rencontre des clochards. Ce que je voulais, c’était de comprendre comment on pouvait les aider à renaître. Mon travail est plus philosophique que métaphysique, mais le cœur de l’être humain est le même. Ce qui est intéressant c’est d’apprendre à accompagner chaque être avec sa spécificité. Il faut beaucoup d’humilité quand on accompagne parce qu’on ne peut pas accompagner celui qui ne pourra jamais se remettre debout. S’occuper des femmes est beaucoup plus difficile que de s’occuper des garçons parce que tout est subtil. La femme cache beaucoup plus de choses.

Existe-t-il des critères pour être accueilli dans cette maison ?

On n’a aucun critère si ce n’est la souffrance. C’est ce qu’elles ont vécu, le rejet de la société. Si on analyse bien en dix ans, on a vu tout ce qui peut exister au Sénégal. Si tu veux comprendre le Sénégal, il faut venir ici pour apprendre, pour écouter toutes les histoires qu’on ne peut pas imaginer.  On revient au cœur de l’être pour l’aider à comprendre qu’il y a la vie en lui. C’est une maison de renaissance.

Comment amenez-vous les femmes à oublier leurs souffrances ?

Tous les jours, il y a des ateliers qui peuvent faire remonter l’inconscience. Donc, on pouvait croire que tout est passif ici mais on est toujours en activité. C’est là que la personne transforme son négatif en positif et on la voit renaître. Cela fait dix ans que je suis là et quand je me retourne je dis Alhamdoulilahi. La Maison rose va d’un point de souffrance à un point de vie. Elle est comme un ventre. On vient poser son histoire, son négatif et on repart avec la joie

Comment vous faites pour entretenir tout le monde qui vit dans cette maison ?

On a la chance d’avoir l’Unicef qui est notre grand partenaire avec qui on a fait le projet de « rapide protection ». On a également des donateurs. On a un mécène qui nous a acheté la maison d’à côté. Des associations viennent nous apporter de quoi manger. Cette maison est une alchimie. Le secret de la vie c’est de vivre et la qualité de la vie, c’est d’être.

Avec Seneweb

LAISSER UN COMMENTAIRE