Marseille : deux hommes abattus à la kalachnikov dans le quartier de l’Estaque

Les deux victimes ont été abattues dans les locaux d’un club de sport de quartier. Ce double homicide s’apparente une nouvelle fois à un règlement de comptes.

La violence continue de régner dans les quartiers nord de Marseille. Deux hommes d’une trentaine d’années ont été abattus à la kalachnikov dans la nuit de vendredi à samedi, au bout du port de l’Estaque, révèle La Provence.

Peu avant 1 heure du matin, un assaillant cagoulé, muni d’une arme longue, probablement une Kalachnikov, a surgi dans les locaux de l’amicale sportive Kuhlmann (ASK), dans ce quartier littoral du nord de la ville, précise le procureur de la République, Xavier Tarabeux. L’assaillant a ouvert le feu à l’intérieur du local de cette association, où plusieurs personnes jouaient aux cartes. Ses tirs ont atteint une première victime à la tête. Une seconde a été fauchée d’une rafale au niveau du thorax et de l’abdomen.

La voiture des assaillants retrouvée calcinée

Malgré l’intervention des marins-pompiers, les deux hommes visés sont décédées sur place. La première victime était samedi matin en cours d’identification, la seconde n’avait pas d’antécédents judiciaires dans le trafic de stupéfiants, a précisé le procureur de la République. Le tireur, attendu par un complice selon les témoignages recueillis, a pris la fuite dans un véhicule, retrouvé calciné plus tard dans la nuit par les enquêteurs dans la commune de Sausset-Les-Pins (Bouches-du-Rhône).

Les 10e et 11e victimes de l’année

« Nous allons réagir et montrer que partout force reste à la loi », avait assuré Gérard Collomb en se rendant jeudi soir dans un commissariat des quartiers nord marseillais. « L’Etat de droit doit régner partout », avait insisté le ministre de l’Intérieur.

Le mode opératoire de samedi évoque un probable règlement de comptes. Si cette hypothèse se confirme, il s’agirait des dixième et onzième victimes affaires similaires à Marseille et sa région depuis le début de l’année. En 2017, 14 personnes avaient perdu la vie dans des règlements de comptes dans les Bouches-du-Rhône, selon la préfecture de police, contre 29 en 2016.

Dans la plupart des cas, il s’agit d’affaires liées au trafic de drogue. Lors de son discours sur les banlieues mardi dernier, Emmanuel Macron a promis un plan contre ce trafic d’ici juillet.

Laisser un commentaire