Marseille : 19 réseaux démantelés, les règlements de compte continuent

Les policiers agissent mais assurent que, dès qu’un réseau de trafiquants est démantelé, un autre prend aussitôt la place.

La fusillade à La Busserine en début de semaine et la mort vendredi soir de deux hommes tués par balle illustrent les difficultés de la police face au trafic et aux armes dans les quartiers Nord de Marseille.

Déjà de nombreux morts depuis le début de l’année. En cas de confirmation de la piste du règlement de compte pour les deux morts de la nuit, le bilan sera porté à 11 morts dans des affaires similaires rien que pour les cinq premiers mois de 2018. Ce chiffre est proche du bilan total pour l’année 2017, qui était de 14 victimes de règlements de compte. Si ce rythme se maintenait jusqu’à la fin de l’année, le bilan se rapprocherait de 2016, où l’on avait déploré 29 morts. Les victimes de cette année sont âgées de 17 à 38 ans.

Marseille : coups de feu à la kalachnikov dans une cité

19 réseaux démantelés. Pourtant, la police n’est pas sans agir. Selon un responsable marseillais, « plus de 50 % des règlements de compte sont élucidés ». Il y a dix jours, six personnes ont notamment été arrêtées pour le meurtre d’un adolescent lié au trafic de drogue fin 2016. Depuis le début de l’année, 61 personnes ont été écrouées à Marseille et 19 réseaux ont été démantelés, selon la préfecture de police. Depuis trois ans, ce sont 427 personnes qui ont été écrouées.

« Je suis fier quand j’arrive à arrêter des trafiquants, même si je ne me fais pas d’illusion : je sais qu’à peine un réseau démantelé, un autre prend sa place », résume un policier de patrouille de nuit.

La police mal équipée. Pour les syndicats de police, la vétusté du matériel et le manque de moyens sont l’une des raisons du manque d’efficacité. « Y a pas match avec ce genre d’individus, ils sont en Ligue des champions et nous en L2. Ils arrivent avec des véhicules surpuissants, des armes de guerre, face à eux on ne peut pas lutter », commente Rudy Manna, délégué départemental du syndicat Alliance.

En visite jeudi à Marseille, le ministre de l’Intérieur a promis le renfort de 60 policiers d’ici début 2019. Mais les policiers pointent également un manque de « sévérité » de la justice dans les peines infligées. « Il faudrait que ces personnes prennent 25 ans de prison au lieu de trois et que la peur change de camp », dénonce un fonctionnaire.

Un plan en juillet. Mardi dans son discours sur les banlieues, le président Macron est revenu sur la fusillade à Busserine où des policiers ont été mis en joue. « Pour l’instant, on a perdu la bataille du trafic dans de nombreuses cités », a reconnu le chef de l’Etat. Il a promis « un plan de mobilisation contre le trafic de drogue pour le mois de juillet ». Mais il n’a encore rien dit de plus sur son contenu.

Avec Leparisien

PARTAGER
Article précédentKooru Biddew – Saison 3 – Episode 9
Article suivantSérie Adja – Saison 1 – Episode 9
Babacar Touré
Journaliste d’investigation, Babacar Touré est le Directeur de Publication de www.kewoulo.info. Il a dirigé la publication de www.senenews.com et a été, tour à tour, directeur de publication de L’indépendant-hebdo, un journal d’investigation sénégalais. Diplômé en Sciences politiques à l’Université de Paris 8, Saint-Denis (France), ancien Reporter à la rédaction du Témoin puis à L’Obs, à Dakar, Correspondant à Paris de Sen-Tv et La Tribune, il a collaboré avec Le Courrier de Mantes -Les Yvelynes-, Le Républicain, -Essonne- en région parisienne. Livres Publiés: -«Cote d’Ivoire, violences d’une transition manquée» (L’Harmattan 2007), -« Le triomphe de l’imposture, Enquête sur l’énergie au Sénégal» (Paris Edilivres 2009)

Laisser un commentaire