MAC de Mbacké : 6 matons blessés et 8 détenus extraits et déférés au parquet

8 détenus de la Maison d’arrêt et de correction (Mac) de Mbacké ont corsé leur dossier après qu’ils ont provoqué une bagarre et blessé 6 gardes pénitentiaires. Ils ont été extraits et déférés au Parquet.

C’était depuis mercredi dernier. A la Maison d’arrêt et de correction (Mac) de Mbacké, une vive dispute a éclaté entre les gardes pénitentiaires et un des détenus. Mais, l’incident finit par déboucher sur une violente bagarre à l’issue de laquelle, 6 matons se sont retrouvés avec des blessures.

D’après des informations de LObservateur, l’incident est parti de la fin de récréation. 17H45, les gardes pénitentiaires sonnent la fin de la sortie et procèdent à l’appel nominatiſ. Mais, ils constatent qu’un groupe de 8 détenus refusent de regagner leur cellule. Et même devant l’insistance des matons, les rebelles ne s’exécutent pas. Les maintes tentatives des gardes de raisonner les détenus restent vaines. Il ne restait que l’usage de la force pour faire respecter le règlement.

Seulement, l’affaire dégénère quand les 8 prisonniers se sont rabattus sur des fourneaux, des poignets en fer et des seaux
pour riposter contre l’attaque des matons. Dans ce méli-mélo aux allures d une minuterie, les détenus tentent même de s’évader. Les gardes utilisent la méthode forte et usent même de leur arme à feu pour dissuader les mutins.

Mais, au cours de cette bataille rangée, 6 gardes pénitentiaires se sont retrouvés avec des blessures, dont 4 graves, avec des points de sutures à la tête et un autre maton avec des contusions à l’épaule.

Finalement, les détenus ont été neutralisés et conduits dans leur cellule. Cette affaire finit par atterrir chez le procureur de la République
près le tribunal d’instance de Mbacké. Informé de la bagarre, il a instruit le commissariat urbain de Mbacké d’élucider l’affaire.

Ce qui a conduit à l’extraction des détenus rebelles de leur cellule pour une audition devant les enquêteurs. Ils sont poursuivis, entre autres délits, pour “association de malfaiteurs, tentative d’évasion, outrage à agent, violence et voie de fait, rébellion et injures publiques”. Déférés hier vendredi au Tribunal de grande instance de Diourbel, les 8 mutins ont bénéficié d’un retour de parquet. Ils devront faire face au Procureur en début de semaine prochaine.

Laisser un commentaire