Kédougou : pour 20.000F, un orpailleur prend 15 ans de travaux forcés

Kédougou : pour 20.000F, un orpailleur prend 15 ans de travaux forcés

Quinze ans de travaux forcés, c’est la peine prononcée, hier, par la Chambre criminelle de Tambacounda contre l’accusé malien, Adama Diallo.  En effet, l’orpailleur a été reconnu coupable d’avoir mortellement poignardé son compatriote, Yaya Konaté, auprès de qui, il était venu solliciter un prêt de 20.000F CFA. Selon le quotidien L’Observateur.

Les faits…

Il y avait foule hier, à la salle d’audience du Tribunal de grande instance, abritant la Chambre criminelle de Tamba. Et pour cause, une affaire de meurtre avait été inscrite au rôle du jour. Un crime au centre duquel, l’orpailleur malien, Adama Diallo, accusé d’avoir attenté la vie de son compatriote, pour un prêt de 20.000F Cfa.

Il résulte des débats d’audience que le 31 Août 2017, vers 11 heures, les pandores de la brigade de Kédougou sont avisés de la découverte d’un corps sans vie dans une hutte, souvent appelée « Niafa ». Sur place, les hommes en bleu ont constaté que la victime gisait dans une marre de sang. La perquisition effectuée dans le « Niafa » a permis de relever des traces de lutte, de sang et la saisie d’un manche de couteau.

Le certificat de genre mort en dit plus…

« tois plaies causées avec le couteau en question placé sous scellés et dont la lame a été retrouvée coincée au niveau du basi-thoracique ». Mieux l’homme de l’art avait attesté que la mort de Yaya Konaté est le fait « d’une section de la trachée et une plaie thoraco-abdominale par arme blanche ».

Les auditions…

Les auditions lors des enquêtes ont révélé que le jour du drame, Adama Diallo a été vu partir en courant de la scène pieds nus, selon Diariatou Baldé.

Autre témoin, la dame Bintou Dankhafa assure avoir vu un homme se débarrasser d’une barre de fer, avant de sortir en courant des lieux.

L’épouse de l’accusé dira que son époux était revenu ce jour-là, à la maison, les pieds nus et paraissait très confus.

Le procès…

A la barre, Adama Diallo, 31 ans, s’est argué que le défunt avait tenté de le poignarder à l’avant-bras, mais que l’arme a malencontreusement attéri à son cou. Un moyen de défense qui n’a pas convaincu le parquet qui a requis les travaux forcés à perpétuité. La défense a tenté de tirer son client d’affaire. Finalement, il sera condamné à 15 ans de travaux forcés.

Laisser un commentaire