France: Mort du controversé historien, Robert Faurisson, le négationniste en chef

L’ancien universitaire s’était fait connaître par ses propos antisémites qui lui avaient valu de nombreux procès. Il s’est éteint chez lui, à Vichy.

L’ex-universitaire Robert Faurisson, figure connue du négationnisme, est mort dimanche à l’âge de 89 ans à Vichy (Allier). « Il est mort à son domicile alors qu’il était de retour d’Angleterre », confirme sa sœur, Yvonne Schleiter, contactée ce lundi au téléphone par Le Parisien. « Il s’est effondré dans son couloir hier soir. »

« Le négationniste Robert Faurisson est mort mais ses « thèses » immondes vivent encore. Le combat pour la vérité historique continue face aux faussaires de l’Histoire », a réagi la Fondation pour la mémoire de la Shoah, en incluant une vidéo de l’avocat Robert Badinter, qui avait toujours vivement combattu ses idées et ses propos et l’avait qualifié de « faussaire de l’Histoire ».

« Enterrons une fois pour toutes le négationnisme hideux. Sans fleurs ni couronnes », a commenté la ministre chargée des Affaires européennes Nathalie Loiseau dans un message posté sur Twitter.

Depuis près de 40 ans, Robert Faurisson travaillait à nier l’existence de l’Holocauste, ce qui lui a valu d’être un des auteurs favoris de franges extrémistes en France et à l’étranger. Il soutenait que le génocide des juifs par les nazis était un mensonge destiné à récolter des dommages de guerre et que les déportés étaient morts de maladie et de malnutrition. Il contestait aussi l’authenticité du Journal de la jeune juive néerlandaise Anne Frank.

A la fin des années 1970, ses prises de position l’avaient amené à interrompre ses activités d’enseignant en littérature. Il avait alors commencé une série d’« Écrits révisionnistes », publiés en plusieurs tomes via une édition privée hors commerce.

Depuis cette époque, il tenait publiquement des propos ouvertement antisémites. « Les prétendues « chambres à gaz » hitlériennes et le prétendu « génocide » des Juifs forment un seul et même mensonge historique, qui a permis une gigantesque escroquerie politico-financière dont les principaux bénéficiaires sont l’État d’Israël et le sionisme international, et dont les principales victimes sont le peuple allemand — mais non pas ses dirigeants — et le peuple palestinien tout entier », avait-il déclaré sur l’antenne d’Europe 1 en 1980.

Invité sur scène par Dieudonné

L’ancien universitaire était notamment admiré de l’humoriste sulfureux Dieudonné, qui l’avait notamment invité sur la scène du Zénith de Paris en 2008. En plein spectacle, il lui avait décerné un trophée célébrant son « infréquentabilité et son insolence », remis par une personne habillée en déporté juif.

Le geste avait suscité l’indignation des associations luttant contre le racisme et l’antisémitisme, ainsi que du gouvernement de l’époque. En mars 2011, la cour d’appel de Paris a condamné Dieudonné à 10 000 € d’amende pour « injures » à caractère raciste à la suite de propos tenus lors de ce spectacle.

La notoriété de Robert Faurisson a été alimentée par les nombreuses poursuites judiciaires dont il a été l’objet. Il a notamment été condamné trois fois pour contestation de crime contre l’humanité après avoir nié l’existence de la Shoah et des chambres à gaz. Il répondait aux procès par d’autres procès : à partir des années 1980, il s’est longtemps acharné contre les journalistes et les avocats l’ayant qualifié de menteur.

Un de ses derniers procès en date visait la journaliste du Monde Ariane Chemin, qu’il avait poursuivie pour un article où il était décrit comme un « menteur professionnel », un « falsificateur » et un « faussaire de l’histoire ». Sa plainte en diffamation a été déboutée en avril dernier, la cour d’appel de Paris estimant que ces qualificatifs étaient justifiés par le travail de la journaliste.

Laisser un commentaire