Société : A Dakar, l’insalubrité et les pollutions font la loi dans la capitale sénégalaise

Société : A Dakar, l'insalubrité et les pollutions

Texte alternatif de la bannière


A l’heure où l’on parle d’émergence dans un Sénégal où les mentalités ne sont toujours pas en phase avec le développement, le Sénégal compte à ce jour parmi les pays les plus pauvres du monde selon le classement de la FMI. Et ce, malgré toutes les richesses naturelles dont dispose notre sol. Dans les rues de Dakar, capitale de l’émergence, il est devenu presque naturel de trouver des ordures un peu partout, une occupation anarchique des espaces publics par les riverains qui, à long terme, en font leur titre foncier. C’est cette anarchie démocratisée qui augmente l’insalubrité et constitue un frein à la réglementation.

Pire est de constater, que si l’État prend ses dispositions pour y remédier, il s’en suit une révolte de la population criant à l’injustice et à la confiscation de leur bien, au final il est difficile d’instaurer et faire respecter la loi dans un tel État. A cela s’ajoute le manque de civisme accentué par une indiscipline notoire de la plupart des sénégalais. Et pourtant on parle de population à 92% de musulmans avec un comportement qui est en déphasage avec les préceptes de la religion.

Constat fait, la vie en harmonie est mieux vécue chez nos voisins chrétiens et ce dans le respect des droits de l’autre. A mon humble avis, aspirer au développement commence par parfaire les mentalités, se respecter mutuellement, penser à l’autre, à notre environnement et à son maintient car comme dirait l’autre : la nature fourni le vent, mais l’homme doit élever les voiles, et être en harmonie avec la nature c’est être à l’écoute de son âme.

La question de protection de l’environnement nous interpelle tous car notre survie en dépend. L’insalubrité est toujours vecteur de maladie et constitue un frein majeur au développement. Certaines zones de la région sont confrontées à des niveaux d’insalubrité alarmante. A noter également qu’il devient dangereux et difficile de respirer à Dakar car l’air est de plus en plus pollué principalement dues aux émissions des moteurs. Si nous voulons offrir à nos enfants un meilleur cadre de vie, commençons par respecter notre environnement ainsi que l’application des valeurs civiques et morales conditions sinéquanones à une émergence durable.

Laisser un commentaire