Disponibilité des médicaments : «Nous avons un stock de sécurité d’au moins 6 mois» (Annette Seck Ndiaye)

Disponibilité des médicaments : «Nous avon

Une rupture des médicaments et produits pharmaceutiques essentiels n’est pas à l’ordre du jour. En tout cas, pour au moins 6 mois, selon la directrice générale de la Pharmacie nationale d’approvisionnement (Pna).

 
Invitée de l’émission «Objection» de ce dimanche sur Sud Fm, Annette Seck Ndiaye informe que le Sénégal dispose d’un «stock de sécurité d’au moins 6 mois». Compte non tenu des 10 milliards de commandes encore dans le pipeline. Elle est revenue, au cours de l’émission, sur les dispositions d’anticipation qui ont été prises au début de la pandémie, dès que la Chine, un des plus grands fournisseurs, a été touchée.
 
«Aujourd’hui, nous avons un contexte sanitaire exceptionnel, la Covid-19. Dès que la pandémie a touché la Chine, on voyait cela de loin, mais on se disait attention, il fait se préparer. Très tôt, nous avons essayé d’identifier, avec les professionnels de la santé, les produits prioritaires dont on aurait besoin et qui devraient être sécurisés. Nous avons ainsi sélectionné une centaine de médicaments et produits essentiels, y compris les équipements de protection. Pour faire de sorte que ces produits soient en quantité suffisante, aussi bien pour la consommation de routine que pour le stock de sécurité», explique-t-elle.
 
Aujourd’hui, rassure-t-elle, «nous avons un stock de sécurité qui est en principe au moins de six mois». Toutefois, précise la Dg de la Pna, «il faudrait qu’on fasse attention, parce que le stock de sécurité dépend également de la durée de vie des produits».
 
«Vous avez des produits qui peuvent être stockés sur une durée d’un an. Par exemple, pour les équipements de protection, nous en avons pour presque une année de couverture. Les combinaisons, les sur-chausses, les casaques, les masques, nous en avons en quantité suffisante», souligne-t-elle.
 
Par contre, sur certains médicaments, le stockage est plus compliqué, selon Annette Seck Ndiaye, car il faut tenir compte de la durée de vie combinée aux aléas de l’importation fortement impactée par les fermetures des frontières. «Sur ces médicaments, vous devez quand même travailler soit en flux tendu, soit sur un planning de livraison. Parce que sinon, lorsque vous recevez ces médicaments, ils doivent avoir au moins 4/5e de leur durée de vie. Quand vous n’êtes pas certains que ces produits vont être consommés, vous ne devez pas dépasser les 3 ou 4 mois de stock», argue-t-elle.
 
Quoi qu’il en soit, rassure Mme Ndiaye, en plus de ce stock de sécurité, 10 milliards de commandes sont encore dans le pipeline. «Je voudrais dire que nous sommes assez confortables. Nous avons commandé pour environ 10 milliards de médicaments. Nous avons reçu, en quatre mois environ, 4 milliards 700 millions de francs en médicaments et produits essentiels qui sont stockés et distribués aux différents centres épidémiologiques, aux hôpitaux, aux régions médicales et aux districts sanitaires», confie Annette Seck Ndiaye qui a insisté sur l’impératif, pour le Sénégal, d’assurer au moins 50 % de la production des médicaments essentiels, d’où la nécessité de rouvrir Médis et d’accompagner le secteur.  

Laisser un commentaire