Dernières minutes: Deux jours de « deuil national » à la mémoire des 13 morts de la forêt des Bayottes

Après 24 heures de tergiversation qui ont permis au ministre conseiller, Youssou Ndour, de faire danser son public au moment où le peuple était plongé dans le désarroi, le chef de l’Etat vient de se rendre compte de la gravité de la situation. Par la voix du porte-parole du gouvernement, il vient de décréter 2 jours de deuil national.

Face au tollé soulevé par l’autorisation administrative faite à Youssou Ndour pour qu’il puisse faire danser une partie de Dakar -au moment où le reste du pays est plongé dans le deuil des 13 tués de la forêt des Baillottes-, le chef de l’Etat vient de se réveiller du sommeil du Lion. Et se rendre compte de la bévue du gouvernement qui a laissé Youssou Ndour nous divertir. Après la visite, sans objet, de son ministre de l’intérieur à Ziguinchor, alors que les meurtres se sont passés en zone militaire, le chef suprême des Armées vient de prendre les choses en main.

Il a décidé que, « durant deux jours, à compter de ce soir, toutes les festivités sont interdites sur l’ensemble du territoire national. » Pas de baptêmes, pas de Mbalakh, pas de grands bals. Et, certainement, toutes les publicités tendant à vendre des activités culturelles de la semaine prochaine doivent être interdites. Ce devoir de mémoire, bien que tardif participera, pour peu, à montrer aux familles endeuillées que le peuple sénégalais partage sa souffrance.

Pendant cette période, il est de coutume républicaine que l’union sacrée soit faite autour de ce drame. Et du chef de l’Etat. Et que, comme le président de la République, on emprunte le langage officiel et qu’on évite les polémiques et les questions qui fâchent. Mais, dès mercredi, il va falloir retourner à la vie normale. Chercher à comprendre ce qui n’a pas fonctionner dans la tête de gens apparement normaux pour qu’ils en arrivent à fusiller, ainsi, de paisibles citoyens. Et situer des responsabilités dans cette tuerie qui aurait pu être évitée si on avait un gouvernement responsable.

Laisser un commentaire