Corée du Sud: Séoul teste un missile capable d’atteindre tout le territoire nord-coréen

Séoul a testé avec succès un missile balistique de fabrication sud-coréenne dont la portée est de 800 km, suffisant pour atteindre les points les plus reculés du territoire nord- coréen, a annoncé ce jeudi l’agence sud-coréenne Yonhap.

Cette annonce est intervenue au lendemain du tir par Pyongyang d’un missile qui s’est abattu en mer du Japon. Yonhap rapporte, en citant un haut responsable sud-coréen, que le missile testé ce jeudi constitue un important outil de dissuasion vis-à-vis du Nord compte tenu de sa portée de 800 kilomètres. Il pourrait atteindre l’ensemble du territoire nord-coréen même s’il était tiré du sud du territoire sud-coréen.

« L’essai a été un succès », a déclaré ce responsable. La Corée du Sud compte déployer cette année ce missile, après davantage de tests, poursuit Yonhap. Séoul avait en juin 2016 testé deux autres missiles de fabrication sud-coréenne capables de transporter une charge d’une tonne sur 500 kilomètres. Un porte-parole du ministère sud-coréen de la Défense s’est refusé à tout commentaire.

La veille, le président américain Donald Trump a déclaré que les Etats-Unis allaient « renforcer » leurs capacités militaires pour répondre à la menace nord-coréenne et a réaffirmé que toutes les options étaient envisagées.

Lors d’un entretien téléphonique avec le Premier ministre japonais Shinzo Abe, il a assuré que Washington se tenait aux côtés du Japon et de la Corée du Sud « face à la menace sérieuse que la Corée du Nord continue de faire peser », a indiqué la Maison Blanche dans un communiqué.

Donald Trump « a dit clairement que les Etats-Unis continueraient de renforcer leurs capacités de dissuasion, ainsi que de défense de leurs alliés et de leur propre territoire, avec l’ensemble de leurs moyens militaires », précise le texte.

La question de la menace des programmes balistique et nucléaire prohibés de la Corée du Nord sera au cœur du premier sommet entre les présidents américain et chinois, Donald Trump et Xi Jinping, jeudi en Floride.

Laisser un commentaire