Contribution: Cette haine d’autrui qui tue l’Afrique! (Par Daniel So)

Contribution: Cette haine d'autrui

« En pays noir, les voici semblables à des fourmis destructrices de fruits mûrs, s’installant sans permission, décampant sans dire adieu, race de voltigeurs volubiles sans cesse en train d’arriver ou de partir au gré des points d’eau ou des pâturages…»

Ce genre de sarcasme en bambara relaté par le penseur et écrivain malien, Amadou Hampâté Bâ (1900-1991), indiquant dédaigneusement la manière dont les peuls – pour ne citer qu’eux – sont généralement perçus par la communauté locutrice- descriptrice, parmi tant d’autres, constitue un préjudice par ricochet, et sans aucun doute l’une des principales causes de cette peur galopante de l’inconnu et bleue de perdre sa propre identité, qui sévit un peu partout en Afrique et que nous pouvons crûment appeler «xénophobie continentale. »

Un jugement de valeur – souvent au faciès – fallacieusement motivé par des croyances ineptes et/ou suprématistes de pureté présumée de l’identité d’un endogroupe fondées sur l’appartenance ethnique, la culture, la race, la religion ou encore l’origine nationale, et porté sur un autre groupe de personnes ou d’un individu. Disons-le en passant, ce n’est pas demain la
veille que disparaîtront de pareilles attitudes purement condescendantes d’un africain à l’égard d’un autre. L’affaire est plus sérieuse que ç’en à l’air. Pratiquement, tous les pays d’Afrique utilisent des termes péjoratifs stéréotypés liés à un certain nombre de catégories sociales pour désigner son “frère étranger africain”.

Voyons voir ! À titre d’exemple, le sénégalais avec son “ñak” (« personne venant de la forêt»), l’ivoirien, son “banabana” (terme plutôt péjoratif qui désigne ce qui a peu de valeur, qui est  » bricolé « , informel)….j’en passe et des meilleurs. Le meilleur du pire est nourri par la misère sociale engendrée par un chômage conjoncturel ou structurel, demeurant l’infime partie émergée de l’iceberg qui menace de faire chavirer les paquebots de ligne économique africaine. Face à une telle atmosphère, il suffit de peu pour réveiller le mépris qui somnolait et désigner l’étranger comme le
bouc émissaire, le responsable de tous les maux des nationaux.


Faute de tradition démocratique avérée et de respect de promesses électoralistes, les rancœurs et hostilités populaires, en état de veille permanente, sont tant agitées qu’à la moindre étincelle provoquée, la colère s’embrase et la révolte matée par l’orgueil du “roi surpris” comme en “échec et mat.”* Sauf que, généralement en Afrique, les hommes politiques, tout comme les chefs traditionnels et de guerre, pour accéder au pouvoir ou s’y maintenir, n’en ont cure des conséquences irréfutables qui en découleront après. La mythologie de la “finalité à tout-va” prend toujours le dessus sur le “comment licite.” L’important pour eux est d’arriver coûte que coûte à
leurs fins, et pour cela, ils sont prêts à tout quitte même à user de leurres.

Dès lors, tout peuple victime de ce type de manœuvre malsaine sera exposé – tôt ou tard – à être laissé-pour-compte des politiques de développement ; dans une planète où ne cohabitent malheureusement des institutions internationales instrumentalisées, des États différents à tous les niveaux et les hommes, que par intérêt. Qu’il soit personnel ou général, d’aucuns – des hommes – n’auront jamais cette patience d’avoir à confier leur propre sort à autrui, jusqu’à ce que ne vienne faire obstacle cette sensation que les autres ont toujours une vie meilleure que la nôtre. Or tous les psychologues et spécialistes en la matière sont d’avis que l’envie, le sentiment le plus partagé par les humains est celui qui rend le plus l’existence amère, surtout à sa plus grande intensité. Elle tue ce qui est vivant en la personne et court telle une bête

sauvage écrasant tout sur son passage. Autant pour soi que pour les autres, l’envie est néfaste surtout qu’avec insistance, elle peut devenir pathologique et se transformer, de fil en aiguille, en jalousie puis dériver à la haine. Et Bonjour les dégâts ! Le cas de l’Afrique du Sud. Ainsi, en plus d’avoir à combattre les méfaits de cette émotion ravageuse et gangreneuse de toute société, les gouvernants africains auront la lourde charge de veiller au respect scrupuleux des traités sur la libre circulation des personnes et des biens, le droit de résidence et d’établissement dans l’espace des différentes Communautés économiques existantes et surtout de la Déclaration et Programme d’Action de Vienne admis par l’Assemblée Générale des Nations Unies en 1993 notamment les dispositions de son article 15 : «  le respect des droits de l’homme et des libertés fondamentales sans distinction aucune est une règle élémentaire du droit international en la matière.

Eliminer rapidement et intégralement toutes les formes de racisme et de discrimination raciale, ainsi que de xénophobie, et l’intolérance dont elles s’accompagnent, est pour la communauté internationale une tâche prioritaire. Les gouvernements devraient prendre des mesures efficaces pour les empêcher et les combattre. Les groupes, institutions, organisations
intergouvernementales et non gouvernementales et les particuliers sont instamment priés de redoubler d’efforts pour lutter contre ces fléaux en coopérant et coordonnant les activités qu’ils déploient à cette fin ». Le tout, forme véritablement un cocktail Molotov entre les mains de tout gouvernement concerné. S’il est défaillant attitré – comme du reste la plupart de nos systèmes -, il aura plutôt une poudrière voire une bombe atomique posée sur du volcan en éruption dont les laves meurtrières (conflits) n’ont réellement jamais cessé de détruire son propre peuple ou celui du frère voisin.

Et pour cause, depuis plus d’un demi siècle d’indépendance, il ne se passe pas un seul jour sans que les médias ne nous relatent le triste sort de minorités ethniques massacrées ou de civils fuyant des zones de guerre car craignant pour leur vie et celle de leur famille. Si ce ne sont pas des coups d’état contre des régimes politiques, ce sont des conflits ethniques en n’en plus finir virant parfois à de sanglants génocides. L’Afrique du Sud représente certes un cas isolé – du fait du caractère des conflits entre nationaux et étrangers – mais ne remporte guère la palme de la haine d’autrui. Qui n’a pas souvenance ? des conflits ethniques entre Ibos contre Haoussas en 1966 au Biafra. Rien que du côté des ibos 30.000 d’entre eux sont assassinés, d’autres mutilés en moins d’un an. S’ensuivit une famine meutrière en 1968 faisait état d’au moins 6000 morts par jour au mois d’août de la même année.

Zoulous contre Xhosas dans l’Afrique du Sud des années 1980 en pleine période d’apartheid. Hutus contre Tutsis au Rwanda et au Burundi. D’avril à juillet 1994, entre 500 000 et 1 million de Rwandais périrent (800 000, selon l’ONU). Darroodes contre Ogadennes qui sévit en Somalie depuis 1994 à nos jours. Fours et Arabes, débouchant sur un génocide sanglant en 2003 au Darfour avec 380.000 morts, selon une récente étude et plus de 4 millions de Sud-Soudanais, soit près d’un tiers de la population, réfugiés à l’étranger ou en repli à l’intérieur du pays. Kikuyus contre Luos au Kenya de 2008 avec plus de 400 personnes tuées en deux jours. Baoulés contre Bétés en Côte d’Ivoire débutant réellement depuis 1997 et occasionnant des milliers et des milliers de morts.

En République Centrafricaine, Milices « antibalaka» opposées à l’ex-rébellion de la Séléka au pouvoir depuis le mois de mars 2014 s’affrontent depuis, faisant resurgir de vieux démons qui datent de 2004. Bana Mura contre Kamuina Nsapu en RDC avec 251 victimes en 2017 selon l’ONU et 3 400 morts dans la région pour l’Église catholique. Dogons contre Peuls au Mali ayant coûté la vie à plus de 500 civils en 2018, selon l’ONU. Et encore, et encore. ..La liste est loin d’être exhaustive. Madiba maudirait ! Qui l’aurait cru ? Qu’à moins d’une quinzaine d’années après la fin de l’apartheid, la nation arc-en-ciel déshonorerait autant « Madiba », de son vivant avant de trahir définitivement, et à plus de trois reprises son héritage historique.

Que la majorité des étrangers appelés “non-nationaux” persécutés et assassinés en Afrique du Sud viennent de pays qui, durant le long combat contre l’apartheid (1948 – 27 avril 1994) accueillaient les sud-africains fuyant la misère ou l’oppression sans oublier de financer et d’armer les stratèges de l’African National Congress (ANC), principal parti politique du pays, au pouvoir depuis 1994. Ce sont – pour ne pas les citer – le Zimbabwe, le Mozambique, le Nigeria, le Malawi ou la Somalie. Pour rappel, toutes les émeutes raciales et xénophobes perpétrées dans ce pays ont démarré en mai 2008 avec plus de 67 morts au compteur avant qu’une nouvelle flambée de haines ne soit attisée par cette ignoble demande « étrangers de faire leurs bagages et de retourner dans leurs pays » formulée en avril 2015 par – rendez-vous compte – Goodwill Zwelithini, himself, le chef traditionnel des 12 millions de “Zoulous”. Bilan officiel : 7 morts et plus de 5 000 déplacés en 2015, autant voire plus en 2017.

Très liés au peuple des “Xhosas” (environ 8 millions), ethnie à laquelle appartenait Madiba, et qui s’est installée en Afrique du Sud au cours des vagues migratoires bantoues antérieures (de la région des grands lacs vers le sud), bien avant même que les Néerlandais ne colonisent cette partie de l’Afrique au xviie siècle ; les zouloux sont présents dans cette zone depuis le xive siècle. À eux deux, ils (Xhosas et Zoulous) furent les premiers habitants de la contrée à avoir assimilé de nombreux sons des langues “san et khoï”, en voie d’extinction avancée. Comme quoi, toutes les deux ethnies citées, dont les peuples se réclament urbi et orbi d’être d’authentiques nationaux, ont les mêmes origines que les migrants déclarés personna non grata, représentant que 4 % sur les plus de 57 millions d’habitants que compose le pays. Minimes qu’ils soient, ces “frères de sang” qui empruntent la voie similaire de leurs ancêtres sont quotidiennement voués aux gémonies, “accusés de faire le lit du chômage (plus de 30 %), du narcotrafic et de la prostitution en profitant du laxisme de la politique migratoire.”

En 2019, l’Afrique du Sud, la première économie subsaharienne du continent brille encore une fois de par son laisser faire notoire depuis une semaine, à la suite du massacre d’au moins 10 personnes, du vandalisme ou de l’incendie de dizaines de commerces détenus par des migrants. Vivant actuellement les plus vives tensions diplomatiques de sa décennie, la nation arc-en-ciel n’a qu’à “Fermez les usines de la mort. Mettez immédiatement fin à cette guerre! » comme prônait Madiba devant plus de 100000 personnes au Kings Park Stadium de Durban, quelques semaines après 27 ans, 6 mois et 6 jours d’emprisonnement, au cours d’une période d’affrontements intenses dans le Natal, devenu KwaZulu-Natal, depuis la fusion en 1994 entre le bantoustan autonome du KwaZulu et la province blanche du Natal.

Plus déterminant que tout, il leur est solennellement prié/supplié – de même qu’aux dirigeants des autres pays à foyers de tension – de bien épouser cette puissante réflexion du grand maître à penser de la paix – nous voulons nommer – Madiba, de son vrai nom Nelson Rolihlahla Mandela à savoir : “Qu’il ne soit jamais dit par les générations futures que l’indifférence, le cynisme et l’égoïsme nous ont empêchés d’être à la hauteur des idéaux humanistes. Que chacune de nos aspirations prouve que Martin Luther King avait raison, quand il disait que l’humanité ne peut plus être tragiquement liée à la nuit sans étoiles, du racisme et de la guerre. Que les efforts de tous prouvent qu’il n’était pas un simple rêveur quand il parlait de la beauté de la véritable fraternité et de la paix, plus précieux que les diamants en argent ou en or.
“**
Qu’Allah SWT veille sur l’Afrique notamment sur NOTRE CHER Sénégal … Amen


Par Elhadji Daniel SO
Juriste Financier
Président d’En Mouvement ! Défar Sénégal
Ensemble, Construisons le Sénégal !
Eldasso@yahoo.fr

NOTES :

  • En jeu d’échecs, Le terme échec et mat vient vraisemblablement de l’arabe الشاه مات (aš-šāh māta, « le roi est mort »), qui lui-même aurait été une traduction erronée du persan شاه مات (šâh mât, « le roi [est] étonné »ou « surpris », avec le sens militaire d’«être pris en embuscade » ou d’« être confondu » ou de شاه ماند (šâh mând, « le roi resta », avec le sens d’« être abandonné »). Ces deux dernières étymologies correspondraient mieux au jeu, puisque le roi est la seule pièce à ne pas être « tuée» sur l’échiquier, mais à se rendre (le joueur couche la pièce) lorsque la partie est perdue ; ** Discours de Nelson Mandela à l’hôtel de ville d’Oslo le 10 octobre 1993 à la suite de son sacre en Prix Nobel de la Paix avec le président sud-africain d’alors, Frederik de Klerk pour l’abolition de l’Apartheid de juillet 1991.

LAISSER UN COMMENTAIRE