Confidence: Confinement ou prison vitale, plongée au cœur de mon univers

Voila deux semaines que je suis enfermée, au meilleur des cas, le confinement va durer 4 semaines. Certains prédisent 3 mois… La situation, pour moi, est très compliquée. Elle est devenue incontrôlable. J’habite dans un quartier populaire de Paris, avec ma tante et ses enfants.

Et notre piaule est proche de la gare de Lyon, à côté d’un foyer de jeunes délinquants parisiens. Si vous êtes amateurs de détails et que ça vous intéresse, nous vivions au 13 ème étage d’un immeuble de 16 étages. L’appartement qui nous sert de logement est large de 125 m2 et est composé de 2 chambres, un salon, une salle de bain et toilette commune. Dans cet appartement, nous sommes 8 adultes. On y vit avec 3 enfants, respectivement de 6 mois, 2 ans et 4 ans.

La chambre matrimoniale, quant à elle, est occupée par le couple. Et l’autre piaule est réservée aux enfants, moi et une autre cousine. Pour les 4 garçons, c’est dans le salon qu’ils crèchent. Cela fait 18 jours, aujourd’hui, que nous sommes confinés; les nerfs sont tendus! Presque tous les jours nous avons nos doses d’insultes, mélanges aux cris des enfants. Je ne vous raconte pas la querelle des voisins, les disputes des parents, les bagarres entre voisins; querelles dont la cause est souvent l’odeur des repas, les bruits etc.

Depuis le début de ce fichu confinement, chaque soir, nous assistons à des animations musicales de nos voisins du dessus, nous sommes malgré nous les invités indésirés de leurs soirées dansantes improvisées destinées à faire passer le temps, durant la nuit. Le brouhaha des enfants, les pleurs des bébés mélangés aux sourates du coran que tous les musulmans de l’immeuble croient devoir faire entendre pour éloigner le virus de leurs maisons nous servent de réveil matinal. Et c’est tous les jours à 6 du matin.

Au début, la police passait presque tous les jours pour régler les conflits, arranger certaines situations ou même donner des amendes pour arrêter les querelles. Mais, depuis presque 10 jours ils ne viennent plus. Je crois qu’ils doivent en avoir marre des nombreux appels qui saturent leur central téléphonique. Et à défaut de trouver des solutions à tous nos problèmes, elle a abandonné sa mission d’assistance. En plus de cela s’ajoute les jeunes « racailles » qui ne veulent pour rien au monde respecter le confinement, trouvant toute sorte de prétextes pour sortir dehors.

Espérant échapper à la routine infernale des prisons que sont devenus les appartements. Comme s’ils avaient besoin de spectateurs, nous nous mettons aux fenêtres pour être les témoins de leurs courses poursuites avec les forces de l’ordre. Il faut le vivre pour savoir à quoi nous sommes confrontés. Et ce confinement, il ne faut surtout pas en douter, va avoir des conséquences désastreuses. Sur notre psyché, sur le plan sanitaire économique et social. C’est ainsi que nous vivons ce maudit confinement.

Laisser un commentaire