Chronique: Honte à celui qui danse quand le peuple pleure

Après avoir osé danser un jour de deuil, le leader du Super Etoile a poussé l’affront jusqu’à demander à ses applaudisseurs d’observer une minute de silence à la mémoire des 13 tués de la forêt des bayottes. Mes frères. L’offense aussitôt reprise par ses médias est censée panser nos plaies et nous faire aimer son sacrilège.

 

Comme si cela devait suffire pour effacer l’affront de Youssou Ndour, certains petits malins de son entourage veulent qu’on passe à autre chose. Puisqu’il a fait observer « une minute de silence », il n’y a rien à dire, plus de raison de s’indigner. On doit lui dire merci et bravo. Et continuer à écouter ses chansons. Pourquoi ne pas nous abonner, tous, à ses soirées dansantes?

 

Comme ces centaines d’écervelés venus, ce samedi soir, applaudir Youssou Ndour et observer, avec lui, sa satanique minute de silence à la mémoire de morts qui ne l’ont jamais tourmenté, ils veulent qu’on passe à autre chose. Qu’on continue à applaudir le « roi du Mbalakh » et oublier, un temps, ces braves frères tombés dans la forêt des Baïllotes. Ils sont franchement effrontés ces petits communicants de mes c….

 

Aussi loin que l’on puisse remonter dans le temps, je n’ai jamais vu une personnalité publique aussi insensible -que Youssou Ndour-, à la douleur de ses semblables. Voila un homme qui se dit musulman et qui, pourtant, ne sent aucune gêne à organiser des soirées d’amusement alors que le peuple, tout entier, est à l’écoute de ce qui se passe au sud du pays, où venait de mourir 13 braves gens, assassinés alors qu’ils étaient partis chercher de quoi faire manger leurs familles.

 

Je sais, dans leur jargon de businessmen, ça s’appelle la réalité du moment. A ce rythme, s’il a réussi à être « roi » dans le coeur de ses mélomanes, Youssou Ndour passera à côté de destin que je lui ai toujours voulu: être aimé de son peuple. Et au crépuscule de sa vie, on est encore loin de cet objectif. Il est tellement obnubilé par la richesse matérielle, de ce bas monde, que celui qui fut mon idole est en train de passer à mes yeux pour un Uncle Picsou: un homme immensément riche et dépourvu de toute humanité.

 

Après le dernier Bercy, Youssou Ndour a osé remettre ça. Alors que le monde entier pleurait la mort et l’esclavage forcé de milliers de jeunes africains, lui, l’un des leaders du tiers-monde a osé aller sautiller sur le podium de Bercy. Au moment où je croyais que la polémique née de l’après Bercy allait lui servir de leçon et à ses bras cassés de conseillers, revoilà le même Youssou Ndour remettre ça.

 

Pendant que je pleure mes morts, pendant que je porte le deuil de mon peuple -une fois de plus martyrisé et abandonné par un gouvernement incapable de les protéger-, lui, « l’ami et le frère », a osé organiser un grand bal. Circonstance aggravante de son affront: il l’a organisé sous mes fenêtres, à la Foire de Dakar. Et a dansé toute la nuit aux rythmes endiablés du Mbalakh. Alors pour cet acte, et pour cet acte seulement, je renie, solennellement, le serment de fraternité qui me liait à lui. Je me libère du pacte du non-agression que j’avais signé, moralement, avec lui.

 

Et en conséquence, je crie haro sur lui. Et martèle solennellement: honte à toi Youssou Ndour. Honte à tous ceux qui étaient venus danser, avec toi, en ce jour de deuil national. Honte à ceux qui avaient la possibilité d’interdire ce maudit bal et qui l’ont, pourtant, laissé se dérouler; m’empêchant de me plonger dans le recueillement, de prier pour mes morts.

 

Babacar Touré

Directeur de Publications de Kewoulo

kewoulonews@gmail.com

Laisser un commentaire