Accusée de spoliation foncière à Nguékhokh : La ministre du Pétrole et des Énergies s’explique

​Accusée par les éleveurs de la commune de Nguékokh de spoliation foncière portant sur 10 hectares, la ministre du Pétrole et des Energies a rejeté en bloc ces accusations. Aïssatou Sophie Gladima, qui intervenait le week-end dernier à Mbour en marge de la réunion de restitution de l’enquête sur l’employabilité des jeunes, a précisé n’avoir jamais été demandeuse. Elle tient pour uniques responsables de cette polémique les autorités du conseil rural de Nguéniène d’alors qui avaient choisi le site qui lui avait été attribué.

Tout remonte en effet à l’année 2007, lorsque le défunt conseil rural de Nguéniène avait octroyé une superficie de 10 ha à Mme Sophie Gladima Siby, alors ministre des Télécommunications, dans le cadre du projet Goana du président Abdoulaye Wade. L’ancien président de la République avait demandé à tous ses ministres de retourner chez eux et de cultiver la terre. Dans ce cadre, on devait leur octroyer des superficies cultivables pour accompagner les jeunes et les femmes dans l’agriculture.

Mme Sophie Gladima Siby avait reçu 10 ha du défunt conseil rural de Nguéniène. Toutefois, quelques années après, faute de mise en valeur, la même superficie a été revendue à une autre personne sans pour autant qu’il y ait eu une désaffectation. Lorsque Mme Siby est venue pour exploiter son champ, il s’est trouvé que le nouvel acquéreur l’avait déjà mis en valeur.

Ainsi, elle a interpellé l’actuel maire qui était le président du conseil rural d’alors pour qu’il lui fournisse des explications. Ce dernier, ne pouvant pas donner des explications convaincantes, le ministre a donc exigé qu’on lui restitue son champ dans les plus brefs délais quitte à ce qu’elle indemnise le nouveau propriétaire. Face au refus du nouvel acquéreur de restituer le bien immobilier de Mme Siby, le maire a proposé à cette dernière un autre site. Une proposition qu’elle a acceptée à condition que le nouveau site ne soit pas une zone litigieuse puisqu’elle ne voulait pas être mêlée à ces histoires de foncier qui secouent le département.

Ayant cherché en vain, le maire décide donc de prendre 10 ha dans la zone de pâturage à Mbine Ndioba pour l’affecter à la plaignante. Face au refus des éleveurs et à une possible poursuite judiciaire de la part de Sophie Gladima, le maire Maguèye Ndao a donc préféré se dresser face aux premiers nommés. La semaine dernière, les éleveurs avaient fait une sortie pour dénoncer la tentative du maire Maguèye Ndao d’affecter10 ha dans la zone de pâturage au ministre Aïssatou Sophie Gladima.

Malgré cette révolte des éleveurs à qui il ne reste plus que quelques lopins de terre pour faire paitre leurs troupeaux, Aïssatou Sophie Gladima affirme qu’il faudra attendre qu’elle s’entretienne avec le maire de la commune de Nguéniène, Maguèye Ndao, avant de prendre une décision. « Maintenant, je ne sais pas ce que je vais faire parce que je ne me suis pas encore entretenue avec le maire » a laissé entendre le Ministre.

Avec cette situation délicate, le maire Maguèye Ndao ouvre un nouveau front alors que le 03 du mois prochain il sera à la barre du tribunal pour un litige portant sur plus de 200 ha. Des responsables politiques du département de Mbour ont décidé de mettre à la disposition du président de la République, Macky Sall, des « ’informations fiables » sur la problématique de l’emploi des jeunes du département de Mbour, en prévision du Conseil présidentiel sur l’emploi des jeunes prévu ce jeudi. « Nous voulons permettre au président de la République de disposer d’informations fiables sur la problématique de l’emploi des jeunes du département de Mbour en perspective du Conseil présidentiel sur l’emploi des jeunes », a notamment expliqué Aïssatou Sophie Gladima, responsable politique à Joal et ministre du Pétrole et des Energies.

S’exprimant lors d’une assemblée générale qui a regroupé des jeunes du département de Mbour, en présence de plusieurs responsables de la coalition Benno Bokk Yakaar dont Mahmout Saleh, le directeur de cabinet du chef de l’Etat, et le président du conseil départemental de Mbour, Saliou Samb, entre autres.

Selon Aïssatou Sophie Gladima, « des propositions sont sur le pipeline du président de la République ». Pour sa part, le président du conseil départemental de Mbour, Saliou Samb, a informé qu’une plateforme numérique mise en place pour l’emploi des jeunes a permis de toucher 8.000 potentiels demandeurs d’emplois à travers le territoire départemental, les jeunes souhaitant être formés d’abord avant d’être orientés vers des secteurs d’activité rentables. « La prochaine étape de notre démarche consistera à aller vers les entreprises, qui sont des pourvoyeuses d’emplois, pour connaître leurs besoins en ressources humaines qualifiées. Après tout ce travail, nous remonterons toutes les informations au niveau des autorités compétentes » a-t-il déclaré dans les colonnes du journal Le Témoin.

Laisser un commentaire