A son procès, «Jawad le logeur» s’emporte contre les avocats des victimes

    A son procès, «Jawad le logeur»

    Le procès de l’homme accusé d’avoir logé deux jihadistes des attentats du 13 novembre 2015 à Paris s’est encore déroulé dans une atmosphère très tendue ce vendredi 26 janvier. Dans un de ses fréquents coups de colère, le prévenu s’en est notamment pris aux avocats des victimes.

    Moins d’une heure après la reprise du procès, Jawad Bendaoud a eu un nouvel accès de colère. Un de plus. L’avocat des parties civiles l’interrogeait sur son emploi du temps après le 13-Novembre. Pensant qu’on l’assimilait au groupe terroriste, le prévenu est sorti de ses gonds. « Voleur de mobylettes, avocat de merde, je vais venir à votre cabinet ! » éructe-t-il.

    La présidente Isabelle Prévost-Desprez suspend l’audience. A la reprise, tous font des efforts surhumains pour ne pas le froisser. Mais interroger Jawad Bendaoud est toujours périlleux. Il ne répond jamais aux questions et se complaît dans son rôle de délinquant, de dealer, de marchand de sommeil. « En quoi c’est pas normal de louer un appartement, de se faire un billet ? dit-il. Y a des gens à ma place, ils se seraient coupés les testicules, ils les auraient mis dans une barquette en disant « tiens, voilà mes testicules ! ». Je crois devenir fou. »

    Jawad Bendaoud se prend pour une victime : « J’aurais préféré être dans le case de celui qui dénonce les terroristes, plutôt que d’être dans le case de celui qui est dans la merde », confesse-t-il dans un rare éclat de lucidité.

    Pour Didier Seban, avocat des parties civiles, Jawad Bendaoud « est dans un monde différent, complètement déconnecté ». « Terroristes ou pas terroristes, c’est pareil pour lui, analyse l’avocat. Il les héberge parce que ça peut rapporter le petit billet et point à la ligne. Quand il va avoir des doutes, quand ils vont lui dire qu’ils viennent de Belgique, quand il va s’apercevoir qu’ils font la prière, ainsi de suite, il aura ses doutes mais ça a rapporté les 50 euros nécessaires et il n’appellera pas les services de police qui auraient pu intervenir dans un autre cadre. »

    Laisser un commentaire