A Gaza, le Qatar paye les salaires des fonctionnaires du Hamas

Les discussions semblent avancer entre le Hamas, mouvement islamiste au pouvoir à Gaza, et Israël, en vue d’alléger le blocus imposé à l’enclave. Et si les négociations sont menées par l’Egypte, le Qatar joue un rôle essentiel dans ce processus.

Le Qatar est un allié de longue date du Hamas et une fois de plus, il lui apporte son aide financière. Mohamed el-Emadi, le représentant du comité qatarien pour la reconstruction de Gaza, est arrivé jeudi dans l’enclave palestinienne transportant dans sa voiture trois valises contenant 15 millions de dollars en argent liquide. L’argent doit servir à payer les salaires des fonctionnaires du Hamas. Et ce vendredi matin, de longues files d’attente se sont formées devant les bureaux de poste exceptionnellement ouverts un vendredi alors que les salaires ont commencé à être distribués.

Huit heures d’électricité par jour

 Le Hamas emploie 40 000 personnes pour faire fonctionner les services publics de la bande de Gaza. Le versement de ces rémunérations en retard est une aide des plus précieuses dans un territoire où la moitié de la population active est au chômage : les salaires des personnes employées sont essentiels à la vie des foyers. Au total, l’émirat devrait verser trois mois de salaires, représentant 90 millions de dollars, aux fonctionnaires du Hamas. Une somme qui s’ajoute aux millions également versés par Doha à Israël afin d’augmenter les livraisons de fuel à l’enclave palestinienne. Désormais, l’unique centrale électrique du territoire marche 24h sur 24. Et les Gazaouis sont passés de quatre heures à plus de huit heures d’électricité par jour.

Un allègement du blocus ?

Autant de mesures qui permettent aux dirigeants du Hamas d’affirmer qu’ils ont obtenu un allègement du blocus. Mais cet accord entre Israël et le mouvement islamiste au pouvoir à Gaza reste fragile et soumis à la baisse des confrontations le long de la barrière de séparation. Jeudi, un Palestinien a été tué par des tirs israéliens à proximité de la barrière entre l’enclave et le territoire israélien. Et ce vendredi, de nouveaux rassemblements le long de cette séparation ont mobilisé des milliers de personnes venues clamer que « la marche continue », en référence à la « Grande marche du retour », nom du mouvement de protestation entamé il y a plus de sept mois désormais. Et ce vendredi encore, des dizaines de Palestiniens ont été blessés par des tirs israéliens.

Avec RFI

Laisser un commentaire