Urgent: Des manifestants ont mis le feu aux alentours du “petit palais” de Popenguine

L’accalmie remarquée ce samedi à Dakar et dans certaines parties du Sénégal n’a pas l’air de plaire à tout le monde. A Popenguine, sur la petite côte, un ou des manifestants ont mis le feu aux herbes sèches menant de la route de Ndayane à la résidence secondaire du président de la République.

Après Bignona et Diaobé qui continue d’enregistrer des pertes en vies humaines et tout juste après le discours d’offre de service du Terrou Bi de Idrissa Seck, le président du conseil économique et Social, des manifestants ont tenté de s’en prendre à un symbole fort de l’Etat. Ce soir, à en croire des sources locales consultées par Kéwoulo, “une tentative de mettre le feu à la résidence secondaire des présidents de la République du Sénégal a échoué.”

Si aucune manifestation n’a été signalée dans cette cité balnéaire, des sources locales ont fait savoir à Kéwoulo que “des hommes non identifiés ont profité de l’obscurité pour mettre le feu à une partie de la résidence secondaire du chef de l’Etat.” Consultées par Kewoulo, des sources militaires, assurant la sécurité de l’édifice, ont fait savoir à Kewoulo que “c’est aux herbes sèches qui sont sur la route menant à Ndayane que des individus ont mis le feu. La résidence est bien gardée et aucun manifestant ne s’en est approché. La distance entre ces flammes et le palais est de plus de 200 mètres.” 

Au moment où ces lignes sont écrites, des gendarmes autres que ceux préposés à la sécurité du petit palais sont sur les lieux. Et les Sapeurs pompiers s’affairent à tenter d’éteindre les flammes. Aucun suspect n’a pour le moment été arrêté. Pour rappel, cette tentative d’incendie est intervenu dans un climat de défiance ouverte des populations envers les autorités. Et cela fait suite à l’arrestation, le 3 mars dernier, du leader de l’opposition Ousmane Sonko, accusé de viol par une masseuse du nom de Adji Raby Sarr.

Depuis ce jour, Ousmane Sonko est gardé à vue à la section de recherches de Dakar et risque de répondre des chefs de “viols avec armes“, “appel à l’insurrection” et “trouble à l’ordre public.” Hier, Antoine Félix Diome, le ministre de l’intérieur, que le Sénégal tout entier voulait entendre dire des mots de réconfort et d’apaisement, est venu déclamer un discours incendiaire dans  lequel les manifestants ont été accusés de “terrorisme”, de “conspiration” et de “grands banditisme”. Pour que nul ne l’ignore, il a fait savoir que “(son) gouvernement va poursuivre, arrêter et traduire devant les tribunaux.”

PARTAGER
Article précédentDiaobé : Le bilan s’alourdit à 2 morts et plusieurs blessés graves par balles
Article suivantUrgent: Suivez en direct de la médiature du Sénégal la déclaration de Alioune Badara Cissé
Journaliste d’investigation, Babacar Touré est le Directeur de Publication de www.kewoulo.info. Il a dirigé la publication de www.senenews.com et a été, tour à tour, directeur de publication de L’indépendant-hebdo, un journal d’investigation sénégalais. Diplômé en Sciences politiques à l’Université de Paris 8, Saint-Denis (France), ancien Reporter à la rédaction du Témoin puis à L’Obs, à Dakar, Correspondant à Paris de Sen-Tv et La Tribune, il a collaboré avec Le Courrier de Mantes -Les Yvelynes-, Le Républicain, -Essonne- en région parisienne. Livres Publiés: -«Cote d’Ivoire, violences d’une transition manquée» (L’Harmattan 2007), -« Le triomphe de l’imposture, Enquête sur l’énergie au Sénégal» (Paris Edilivres 2009)

Laisser un commentaire