Société : La terrible galère des travailleuses du sexe à Dakar en temps de Covid

Société : La terrible galère des travailleuses du sexe à Dakar en temps de Covid

À cause des restrictions sanitaires et de la chute du tourisme, les TDS de la capitale sénégalaise s’organisent face à la fonte de leurs revenus.

Dans la maison close occupée par Fatoumata* et trois autres amies, les temps sont rudes. Depuis que le Covid est venu bouleverser pratiquement tous les pans de l’économie mondiale, et locale, les clients se font plus rares à Dakar. Or, le loyer des deux petits studios que les quatre trentenaires se partagent n’a lui pas bougé.

Chaque mois, ce sont 35 000 francs CFA (53 euros) qu’elles doivent réunir pour conserver leur lieu de travail. Et à cette somme rondelette, s’ajoute désormais chaque semaine un forfait de 15 000 francs CFA (22 euros) à débourser pour que le numéro de téléphone des travailleuses du sexe (TDS) apparaisse sur Facebook ou des sites internet dédiés.

Laisser un commentaire