Sénégal: A Pout Daghné, on enterrait pas les cadavres des griots, on les jette dans un trou de baobab!

Sénégal: A Pout Daghné, on enterrait

Cette photo a

Situé dans la région de Thiès, dans la commune de Notto Diobass, à une centaine de kilomètres de la capitale sénégalaise, Pout Daghné est l’un de ces derniers villages mythiques où des règles ancestrales régulent, encore, la vie des citoyens de ce 21 ème siècle. Ici, en plein pays Sérère, dans cette contrée entièrement accessible aux religions révélées, et où chaque individu rencontré se réclame du christianisme ou de l’islam, perdure l’une des lois les plus archaïques au monde: bien que musulmans, les corps de griots, décédés, sont interdits d’enterrement dans les cimetières de leurs coreligionnaires. Et cette situation ségrégationniste, remise en cause par un jeune révolutionnaire, risque d’embraser la contrée…

Même si personne, ici, ne connait l’origine de cette loi ségrégationniste qui interdit tout métissage entre griots et nobles, dans le Diobass, les populations croient fermement que nul ne doit remettre en cause des pratiques ancestrales qui ont régulé la vie des hommes, depuis tout le temps. Des milliers d’intellectuels, de hauts cadres et commis de l’Etat sont, pourtant, issus de cette contrée pas si lointaine que ça. Mais, personne n’a jusque-là osé remettre en cause ces us et coutumes qui défient le temps et insultent l’intelligence des nouvelles générations.

D’ailleurs, à la sous-préfecture de Notto Diobass, comme dans le bureau du préfet de Thiès, se trouvent des panneaux signalétiques avec une liste rouge de villages mystiques où aucune autorité étatique ne doit mettre les pieds. Ici, on croit fermement que toute personne dépositaire de l’autorité publique ne doit se rendre ni à Paalame, ni à Péléw, ni à Pout Ndoff, encore moins Ndjéling et Pakala etc… »Aussi, comme les préfets et autres représentants de l’Etat, aucun policier, gendarme ou militaire ne met les pieds dans ces villages. S’il le font, ce sera la fin de leur mission. On y amène ni convocation ni acte de justice et la police ne s’y rend jamais pour attraper aucun malfaiteur. » A confié Cheikh Tidiane Faye, journaliste à Diobass FM, une radio locale.

« Chacun à ses croyances et ses pratiques. Même si nous sommes des musulmans convaincus, nous croyons en ces pratiques laissées par nos ancêtres« , a confié Moustapha Faye, le chef du village de Pout Diack. Et c’est le fait de respecter ces croyances, sans jamais les remettre en cause, qui a fait que les autorités passent et séjournent dans la contrée sans jamais mettre les pieds dans ces villages hantés. « En 2012, le président Abdoulaye Wade avait défié ces croyances lorsqu’il était venu inaugurer le forage de Ndiosmone. Il a, malgré les nombreuses mises en garde de ses équipes, traversé l’un de ses villages hantés pour faire sa campagne électorale. » A confié Cheikh Tidiane Faye.

Conséquence de cette bravade ou simple hasard de circonstance, le président le plus cartésien du Sénégal a perdu l’élection présidentielle devant un Macky Sall qu’il avait façonné de toute pièce et qu’il n’avait pas vu venir s’emparer de ce fauteuil si convoité qu’il voulait léguer à son fils, Karim Wade. Dans un monde pareil, personne ne remet jamais en cause des pratiques frappées du sceau du tabou. Et, parmi ces interdits, se trouve le fait de vouloir enterrer le cadavre d’un griot dans le sol. Même si nul ne peut le justifier, l’expliquer, tout le monde, ici, croit dur comme fer que « si on enterre le cadavre d’un griot, il souille la terre et le rend infertile à la culture. » Et même si, beaucoup de pratiques ancestrales ont disparu avec le temps, cette croyance archaïque continue de diriger la vie des populations.

Il a fallu le début 1964 et la mort de l’enfant d’un griot révolutionnaire pour que les hommes tentent de faire vaciller la tradition et lui faire perdre une parcelle de sa souveraineté. Alors que tout le monde s’était toujours plié à cet ordre non écrit et de tout le temps accepté, un homme avait refusé que le cadavre de son fils soit jeté dans le trou du baobab mortuaire. Et l’affaire avait fait grand bruit. Informé de la situation, c’est le commandant de cercle (nos interlocuteurs ne se souviennent plus dans quel cercle cela s’est passé) qui était venu voir le chef du village pour lui demander de donner des terres aux griots afin qu’ils y enterrent leur fils décédé. « Et, c’est le chef Sambel Diouf qui a donné, sur ses terres, un lopin devenu le premier cimetière des griots« , a rappelé Moustapha Faye. Et cette jurisprudence a fait tâche d’huile.

Désormais, dans tout le Diobass, si les griots peuvent enterrer leurs morts, ils le font dans des terres lointaines où les restes des leurs ne risquent pas de « polluer le sol. » A Pout Diack, dont dépend le hameau de Pout Daghné, si « le cimetière des nobles » se trouve dans le village, celui des griots est situé à 3 kilomètres des habitations, à l’abri des regards et de l’attention des vivants. « De ce fait, il est arrivé que, en de nombreuses reprises, le cadavre d’un de nos parents soit déterré, par des politiciens, pour des pratiques mystiques, effectuées surtout en ces périodes électorales. » A fait remarquer Cheikh Alioune Diouf, le nouveau révolutionnaire qui veut bousculer les mentalités. Et face à ce constat de profanation, Cheikh Alioune Diouf a remis en question la légitimité même de l’exclusion des cadavres de griots dans les cimetières des guéérs, nobles. « Dieu a dit que tous les hommes sont égaux. Etre griot, ce n’est pas une damnation, c’est un métier« , fait-il entendre partout où il passe.

Mis en minorité par les villageois, qui se sont farouchement opposés à l’admission de cadavres de griots dans leurs cimetières, l’homme, à la tête d’une équipe de contestataires a décidé de réserver des parcelles arables, leur appartenant, à l’enterrement des leurs. Puisque ces parcelles sont dans le village de Pout Daghné, les populations se sont, à nouveau, érigées contre cela. « Ça fait plus d’un an que nous avons informé le chef de village, puis le sous-préfet de cette situation. Mais, ils n’a rien fait. Et nous les avions averti que la prochaine fois qu’un de nous décéderait, on l’enterrerait dans nos champs. Et c’est ce qui est arrivé. » A raconté Cheikh Alioune Diouf aux reporters de Kewoulo.

Informés de la volonté des griots d’enterrer leur mort, dans leur champ, les populations (nobles) sont venues en masse, prêtes à en découdre avec ceux qui voudront braver l’interdit. Et, il a fallu la prompte intervention des gendarmes de la petite brigade de Notto, requis par le sous-préfet, pour ramener le calme. Et convaincre Cheikh Alioune Diouf et compagnie d’aller enterrer leur tante, décédée la veille, dans la brousse. Grâce à son tact, Jean Baptiste Ngomack Sène, le sous-préfet de Notto Diobass, a réussi à gagner une paix qui risque de n’être que de courte durée puisque désormais, à Pout Daghné, les griots sont décidés: Ils ne jetteront plus le corps d’un des leurs dans un trou de baobab. Et ils ne l’abandonneront plus dans un cimetière hors de vue des leurs, dans une zone où la décomposition de « du cadavre ne polluera » pas les sols cultivables.

LAISSER UN COMMENTAIRE