«Renouer avec la terre et tout ce qui nous unit»: l’histoire accablante des pensionnats autochtones canadiens

L’essai de Tanya Talaga est en fait la somme des textes des conférences Massey que la journaliste ojibwée a notamment diffusées à la radio de CBC.

En 1966, le jeune Anichinabé Chanie Wenjack, 12 ans, s’est enfui à pied du pensionnat Cecilia Jeffrey, en Ontario, pour retrouver sa communauté autochtone. Ce qu’il ne savait pas, c’est qu’il était à 600 kilomètres de chez lui. Il est mort au bout de 19 kilomètres, affamé et gelé.

Le nom de Chanie Wenjack, cité dans le dernier essai de Tanya Talaga, Renouer avec la terre et tout ce qui nous unit, est connu. C’est sa mort qui a donné lieu à la première enquête sur le traitement réservé aux enfants dans les pensionnats autochtones. Son nom a aussi inspiré diverses chansons, dont la dernière est probablement Secret Path, du groupe canadien Tragically Hip, qui a également produit une installation immersive sur le sujet.

Mais tous les enfants perdus des pensionnats autochtones canadiens n’ont pas eu cette reconnaissance. On le voit au moment où 215 cadavres, dont on ne connaît ni le nom ni la cause de la mort, sont exhumés autour d’un ancien pensionnat autochtone à Kamloops.

L’essai de Tanya Talaga est en fait la somme des textes des conférences Massey que la journaliste ojibwée a notamment diffusées à la radio de CBC. Elle y aborde les décès et les mauvais traitements dans les pensionnats autochtones canadiens, mais aussi dans les hôpitaux autochtones canadiens, ainsi que les vagues de suicides qui frappent aveuglément, encore aujourd’hui, dans les communautés autochtones, notamment chez les jeunes.

Tanya Talaga a écrit précédemment un livre, Seven Feathers Fallen, sur la mort de sept étudiants autochtones qui fréquentaient l’école secondaire de Thunder Bay, entre 2000 et 2017. Comme Chanie Wenjack, ils étaient scolarisés à 600 ou 700 kilomètres de leur communauté et de leur famille. Cinq d’entre eux se sont noyés dans la rivière, deux autres sont morts dans le foyer qui les accueillait. Les circonstances de leur décès demeurent obscures.

Le décompte des morts d’enfants dans les pensionnats autochtones prend souvent l’allure de chiffres accablants et froids, sans noms à mettre sur les corps des disparus. C’est le surintendant canadien Duncan Campbell Scott qui a créé ce système en 1920, en inscrivant dans la Loi sur les Indiens « l’obligation de fréquenter le pensionnat pour tous les enfants autochtones de sept à quinze ans ». Résultat : on a envoyé 150 000 enfants des Premières Nations, inuits et métis dans les pensionnats. Et « les chercheurs estiment que 6000 jeunes Autochtones y sont morts de négligence, de maltraitance, de violence ou de faim, tout cela sous prétexte de les instruire », écrit Tanya Talaga.

 

La suite de cet article se trouve dans Le Devoir du 5 juin 2021 où il est paru.

ViaLe Devoir du samedi 5 juin 2021
SourceLe Devoir
PARTAGER
Article précédentKaolack : Un accident fait 3 morts et 7 blessés à hauteur de Keur Socé
Article suivantSection de recherches : «Boy Djinné» entendu exclusivement sur son évasion
Le Pr Babacar Kanté, ancien juge au Conseil constitutionnel, a soutenu que l’indépendance d’un juge est fondée sur sa morale, son éthique, ses vertus et ses qualités personnelles, ajoutant qu’aucune loi ne peut garantir l’indépendance d’un juge quand il ne veut pas l’être, lors d’un atelier. KEWOULO.INFO . « Les racistes sont des gens qui se trompent de colère. », LÉOPOLD SÉDAR SENGHOR . “Ce qui m'effraie, ce n'est pas l'oppression des méchants ; c'est l'indifférence des bons.”, MARTIN LUTHER KING . https://kewoulo.info/quebec-noirs-autochtones-arabes-davantage-cibles-spvm/ Intégrité (LAROUSSE.FR) DÉFINITIONS État de quelque chose qui a toutes ses parties, qui n’a subi aucune diminution, aucun retranchement : L’intégrité du territoire, d’une œuvre. État de quelque chose qui a conservé sans altération ses qualités, son état originels : Conserver l’intégrité de ses facultés intellectuelles malgré l’âge. Qualité de quelqu’un, de son comportement, d’une institution qui est intègre, honnête : L’intégrité d’un juge. https://ricochet.media/fr/3517/affaire-mamadi-iii-fara-camara-une-enquete-tenant-compte-des-problemes-systemiques-simpose SOYEZ VIGILENT DANS CES "TRÈS TRÈS TRÈS TRÈS GRANDS ÉTATS DE DROIT" OÙ REIGNE UN RACISME SYSTÉMIQUE ÉXUBÉRANT ANTI-MINORITÉS RACISÉES DANS LE SYSTÉME DE JUSTICE, UN SYSTÉME DE JUSTICE QUI NE MANQUE PAS DE GÊNE DE FAIRE DE LA VICTIME RACISÉE LE BOURREAU ET LES BOURREAUX DES PACHAS. https://ricochet.media/fr/3517/affaire-mamadi-iii-fara-camara-une-enquete-tenant-compte-des-problemes-systemiques-simpose Cette vision agit comme « […] un filtre inconscient de la preuve qui permettra de « monter un dossier » contre un suspect, tout en écartant, négligeant ou en supprimant des éléments de preuve tendant à innocenter ce même suspect ». Elle touche tous les intervenants judiciaires, dont les policiers et les procureurs de la Couronne, en leur permettant de fonder leurs décisions sur des raccourcis mentaux. Le « préjugé de confirmation » fait partie des mécanismes qui sous-tendent cette vision en renforçant une perception tronquée de la réalité. Sans compter que les préjugés, conscients ou non, s’infiltrent dans l’interprétation des faits et de la preuve. C’est ainsi que le racisme implicite et systémique entre en jeu, mettant en péril la notion de présomption d'innocence, principe fondamental en vertu de la primauté du droit. Panique morale et pressions institutionnelles renforçant la vision tunnel Alors que la victime du crime est un policier, lorsque les enquêtes policières visent des personnes noires, racisées, marginalisées ou autochtones, cela peut mener à une certaine panique morale qui met en péril toute réflexion rationnelle. Lorsqu’un incident se produit, ces personnes se voient attribuer arbitrairement la responsabilité des torts. Ces personnes étant socialement marginalisées et stigmatisées, la société et les institutions se mobilisent facilement contre elles. À plus forte raison, lorsque les policiers sont soumis aux pressions médiatiques ou institutionnelles portées par les demandes du public, qui requièrent l’identification rapide d’un suspect. Cela a pour effet de renforcer la vision tunnel. On est à même de constater l’importance des garanties procédurales et institutionnelles lors de l'enquête et du dépôt des accusations. Rappelons que le procureur de la Couronne exerce un rôle quasi judiciaire, qui lui impose de rechercher la vérité et non d’obtenir une condamnation. L'utilisation pondérée du pouvoir discrétionnaire est donc au cœur du système de justice pénale. Or, les procureurs ne sont à l’abri ni de la panique morale, ni des pressions institutionnelles, ni de la vision tunnel. L’histoire judiciaire nous apprend que cette vision a eu des effets dévastateurs dans plusieurs cas ayant mené à des commissions d’enquête dans les dossiers de condamnations injustifiées de Donald Marshall Jr l, Guy-Paul Morin, David Milgaard, Thomas Sophonow et James Driskell, personnes racisées (Autochtones). Dans ces dossiers, tous les procureurs de la Couronne étaient pourtant des avocats expérimentés. Fait d’autant plus inquiétant, la Cour suprême du Canada a reconnu à maintes reprises la présence du racisme à l’endroit des personnes noires et Autochtones au sein de la société et du système de justice pénale. L’expérience des procureurs de la Couronne et le fait qu’ils occupent une haute position hiérarchique ne permettent pas d’inférer qu’ils comprennent le racisme systémique et ne les préservent pas des œillères de la vision tunnel. En 1989, la Commission royale d’enquête dans le dossier Donald Marshall Jr., un Autochtone condamné à tort pour un meurtre, avait conclu que l'enquête policière semblait avoir pour but de rechercher uniquement des éléments de preuve inculpatoire sur le meurtre et d'écarter l’ensemble des autres preuves disculpatoires. Les trois commissaires avaient conclu qu'une des raisons pour lesquelles Donald Marshall Jr. avait été reconnu coupable et avait passé onze ans en prison pour un crime qu'il n'a pas commis, c’est parce qu’il était un « Indien ». ricochet.media . https://kewoulo.info/quebec-liberte-academique-droit-a-linjustice-racisme-a-violence-systemique/ SOYEZ VIGILENT DANS CES "TRÈS TRÈS TRÈS TRÈS GRANDS ÉTATS DE DROIT" OÙ LE SYSTÉME DE JUSTICE A MENTI, A TRICHÉ, MENT ET TRICHE POUR NUIRE À UN NOIR ET UN ÉTRANGER (expérience). https://ici.radio-canada.ca/nouvelle/1802520/genou-spvm-police-montreal-george-floyd-enquete Soyez vigilent dans ces pays où la police est RACISTE, RACIALISTE ET MALICIEUSE vis-à-vis des autochtones, des noirs, des arabes, etc. https://www.youtube.com/watch?v=6-hl_HKLUMQ Fabrique de preuve, MAQUILLAGE DE CRIMES, Montages, Manipulation, Combines, Mensonge, Tricherie, Utilisation et MOBILISATION des services de l`état dans de la criminalité, REFUS D`ALLER À UN PROCÈS OUVERT AU PUBLIC DÈS LORS QUE LE DOSSIER EST GÉNANT POUR LA JUSTICE "TRÈS TRÈS TRÈS INTÉGRE, TRÈS TRÈS TRÈS INDÉPENDANTE, TRÈS TRÈS TRÈS IMPARTIALE, TRÈS TRÈS TRÈS NEUTRE ET TRÈS TRÈS TRÈS ÉTHIQUE", etc.

2 Commentaires

  1. Notre aveuglement volontaire

    https://www.journaldemontreal.com/2021/06/06/notre-aveuglement-volontaire

    Au travers du deuil de Kamloops, un désir de vérité

    https://www.ledevoir.com/politique/canada/608082/pensionnats-autochtones-au-travers-du-deuil-de-kamloops-un-desir-de-verite

    Pensionnats: après la douleur et la honte, quoi ?

    On leur doit 60 ans. Au moins. Six décennies pendant lesquelles le système des pensionnats au Québec a non seulement contribué à la tentative pancanadienne de génocide culturel des Autochtones, mais a aussi miné la capacité des Premières Nations à établir leur propre tradition d’éducation. On a peine à mesurer l’ampleur de la cicatrice, qui court depuis l’établissement du premier pensionnat au Québec, la Résidence Couture, à la baie James, en 1931, jusqu’à la fermeture du dernier, à Mashteuiatsh, au Saguenay–Lac-Saint-Jean, en 1991. Toutes les initiatives de découverte de la vérité et de réparation des victimes directes et indirectes sont nécessaires et bienvenues.

    Mais la douleur et la honte ne suffisent pas. Se tournant vers l’avenir, cette génération-ci de Québécois doit se demander, non comment expier des péchés commis hier au nom d’idéologies racistes, coloniales et religieuses que nous réprouvons, mais comment être à la hauteur de notre propre exigence d’ériger aujourd’hui une société où chacun a un réel accès à l’égalité et à l’épanouissement.

    « Une des séquelles les plus profondes et dévastatrices des pensionnats a été leur impact sur la réussite scolaire et économique des Autochtones », peut-on lire dans le rapport de la Commission Vérité et Réconciliation. Car non seulement les pensionnats ont-ils déraciné et maltraité des dizaines de milliers de jeunes Autochtones, ils ont aussi lamentablement échoué à les éduquer. À génération comparable, les Autochtones ayant suivi des études à l’extérieur du réseau des pensionnats ont atteint des niveaux d’études de loin supérieurs à celui des pensionnés.

    Tous les villages et les quartiers du Québec savent l’importance que revêt l’école dans la vie communautaire. À preuve, les mobilisations pour sauver les dernières écoles de village. Lieu d’apprentissage et de socialisation, oui, mais lieu de rencontre et d’échanges entre parents et avec le corps enseignant. Lieu des fêtes, des spectacles, des graduations. De décennie en décennie, l’équipement comme la connaissance s’accumule et se transmet. Avoir privé les nations autochtones de la capacité de construire ce patrimoine collectif, en extrayant l’éducation du cœur de leur vie, a laissé un vide que les investissements plus récents prendront des décennies à combler. LeDevoir .

    https://www.ledevoir.com/opinion/chroniques/607845/pensionnats-apres-la-douleur-et-la-honte-quoi#

  2. Les pensionnats autochtones ont été mis en place et gérés ………… à partir des années 1830 jusqu`à 1996.

    Quelque 150 000 enfants autochtones, inuits et métis ont été enrôlés de force dans les 139 pensionnats au pays.

    Au Québec, on compte une douzaine d`établissements qui ont été actifs dans la province durant une cinquantaine d`années, à compter des années 1930. 24 HEURES MONTRÉAL .

    https://kewoulo.info/canada-restes-de-215-enfants-autochtones-retrouves-site-dun-pensionnat/

Laisser un commentaire