Nicolas Sarkozy en garde à vue: « J’ai encore des preuves solides », le fils de Kadhafi Seif al-Islam se réjouit de « l’arrestation »

Nicolas Sarkozy en garde à vue

Seif al-Islam a accordé un entretien téléphonique au site « Africanews » et se dit prêt à témoigner.

Il félicite « la justice française pour l’arrestation de Nicolas Sarkozy ». Dans un entretien accordé au site Africanews ce mercredi 21 mars, Seif al-Islam, fils de Mouammar Kadhafi, a été interrogé sur la garde à vue de l’ancien président de la République dans le cadre de l’affaire portant sur le possible financement libyen de sa campagne de 2007.

Et le fils de l’ex-dictateur libyen, depuis sa « retraite quasi clandestine », se montre particulièrement loquace et enthousiaste. « Je précise que j’ai encore des preuves solides contre Sarkozy. Et je n’ai pas encore été entendu comme témoin dans cette affaire, ni Abdallah Senoussi, l’ex-directeur des services de renseignements libyens qui détient encore un enregistrement de la première réunion de Sarkozy et Kadhafi à Tripoli avant sa compagne électorale », affirme celui qui fait toujours l’objet d’un mandat d’arrêt de la Cour pénale internationale.

Autre émissaire cité par Seif al-Islam et qui pourrait, selon lui, aider la justice française: « Bachir Salah, l’ex-PDG de la Libya Investment, qui est prêt à témoigner malgré les menaces de mort ».

Le fils du « Guide », qui occupait lui-même un poste stratégique au sein du régime dirigé par son père, estime néanmoins que cette garde à vue arrive trop tard. « Elle vient en retard et après 7 ans de guerre. Je dis dommage parce que j’avais donné moi-même les preuves sur cette affaire dans une interview accordée à Euronews en 2011, à Tripoli, mais la justice, que ce soit en France ou à l’international, n’a pas bougé à l’époque ».

Seif al-Islam profite de cet entretien pour adresser un message à Emmanuel Macron. « Je tiens à vous dire que l’ex-président Sarkozy est responsable du chaos et de la propagation du terrorisme et de l’immigration clandestine en Libye et dans la région. J’appelle donc le président Macron à prendre des mesures pour soutenir les élections en Libye qui pourraient corriger ce qu’a fait son prédécesseur », lance-t-il.

 

Auteur: huffingtonpost.fr

Laisser un commentaire