Guinée: Le secteur minier à l’épreuve du règne de Seydou Nimaga, l’homme au cœur d’un système décrié  

Guinée: Le secteur minier à l’épreuve

Dans sa parution du 9 décembre 2019, la très sérieuse agence de presse suisse, www.agenceecofin.com, avait révélé des faits très graves « d’arrangements douteux» de hauts cadres du ministère des mines dont le cerveau ne serait autre que le secrétaire général du ministère des mines, M. Seydou Nimaga. Ces pratiques décriés qui s’apparentent à des délits d’initié sont, de plus en plus et depuis l’avènement de Alpha Condé, devenus presque courants au ministère des mines.

«Et le ministre de tutelle, Abdoulaye Magassouba,qui ne manque pourtant jamais de donner des gages de sa bonne foi à chaque fois qu’il reçoit des investisseurs étrangers, signe tous les documents que son secrétaire général lui propose, sans tenir de son impact négatif sur l’économie guinéenne.» Murmure-t-on dans les salons feutrés de Londres et de Paris. Parce que ce qu’ignorent ou semblent ignorer les Guinéens, c’est que leurs moindres faits et gestes présumés délictuels sont, désormais, recensés par des organismes internationaux.  «Et aujourd’hui, dans ce contexte de crise sanitaire mondiale, qui a vu l’instauration de politiques de résilience pour les plus avertis, le constat est que l’enrichissement illicite de certains hauts cadres de l’administration guinéenne est devenu un sport presque national.» Lit-on dans un document de dénonciation consulté à Kewoulo.

A en croire de nombreuses sources diplomatiques consultées par Kewoulo «l’impunité ambiante encouragée pour le doute sur le 3 ème mandat de Alpha Condé semble, aujourd’hui, assurer un avenir radieux aux plus téméraires des hauts fonctionnaires pressés de s’assurer les arrières.»  Parce que, alors que son salaire mensuel serait de 5 millions de Franc guinéen, beaucoup ne comprennent pas comment ce haut fonctionnaire qui semble contrecarrer leurs affaires peut s’enorgueillir d’un train de vie digne d’un dirigeant de grande société européenne dans un pays ou 99% des sujets tirent le diable par la queue.

Alors qu’il est en poste depuis 2016, M. Seydou Nimaga a du mal à se faire accepter par tous les acteurs du secteur. Et certains de ces derniers sont allés jusqu’à nier qu’il puisse avoir les diplômes universitaires nécessaires à la fonction.  S’ils en sont arrivés à douter des compétences de ce haut fonctionnaire guinéen, «c’est que M. Seydou Nimaga a du mal à s’exprimer en Anglais, cette langue pourtant indispensable à la compréhension et à la maîtrise des grands dossiers miniers contemporains. Et par le fait aussi qu’il sabote sans cesse le travail de redressement de ce secteur, courageusement, mené par, Abdoulaye Magassouba, l’actuel ministre des mines et de la géologie.»

Depuis 2016, le secteur minier guinéen est devenu tellement attractif qu’il n’a plus besoin de «négocier» des conventions minières. Et le fait que ce secteur ne puisse pas suffire à relancer l’économie guinéenne semble être le drame du régime Condé. Revendiquant la présidence de tous les comités de négociation des conventions minières a malheureusement initie la plupart des sociétés minières à la corruption active, négociant qui pour l’un une exemption fiscale contre monnaie sonnante et trébuchante qui pour l’autre réduisant leurs engagements standards au détriment droits de l’Etat (pourtant édictés par le code minier) contre avantages en nature ou autres « cadeaux ».

La corruption de ce Haut cadre, secrétaire général du ministère des Mines et de la Géologie ne se cache même plus car certainement se sent il protégé par certains pontes du parti présidentiel. Selon certaines indiscrétions de sources tapies dans le ministère, et à la suite des dernières négociations de conventions minières, M. Seydou Nimaga aurait, encore, bénéficié de largesses de certaines sociétés minières qu’il aurait amené «à goudronner une nouvelle route devant son domicile prive à Anta. » Ou encore  «à installer un nouveau transformateur, moyenne tension», lui permettant ainsi de jouir d’une fourniture électrique stable et exclusive pendant que la plupart des guinéens sont confrontés à l’obscurité.

Laisser un commentaire