Dénigré pour sa gestion des tests Covid-19: L’institut Pasteur se défend et nie toute manipulation

Dénigré pour sa gestion

 C’est la réponse qu’ils n’ont pas mis du temps à produire à l’opinion. Hier, le patron de l’institut Pasteur de Dakar, qui n’a pas pris gout aux déclarations faites ce dimanche par le Dr Cheikh Sokhna Anta dans l’émission Objection de Sud Fm, a décidé de porter la réplique à son accusateur. A en croire le Dr Amadou Sall, tout ce qui a été dit au sujet de son institution serait faux.

Alors que le Dr Cheikh Sokhna Anta, qu’on dit proche du Pr Raoult de Marseille, avait soutenu que « l’Institut Pasteur de Dakar avait refusé de remettre une cellule souche du Covid-19 qu’il déteint dans ses laboratoires; obligeant le professeur Souleymane Mboup à se rabattre sur son homologue français pour en disposer« , le Dr Amadou Sall, le patron de l’Institut Pasteur de Dakar, est catégorique: «Contrairement à ce qui a été déclaré au niveau de la presse, l’institut Pasteur de Dakar n’a jamais reçu de demande officielle émanant d’une quelconque institution de recherche pour la mise à disposition de la souche Covid-19».

Aussi, alors que tout le monde considère ce laboratoire -l’IPD- comme une représentation du colonialisme français, le directeur général de cette institution a fait savoir que « l’Institut Pasteur de Dakar est une fondation sénégalaise d’utilité publique à but non lucratif, conformément au décret n°210-614 du 27 mai 2010. » Cette mise au point intervient au moment où les implantations de l’institut Pasteur en Afrique sont brocardées et montrées comme le symbole de la mainmise des businessmen sur notre santé. Financés par des firmes pharmaceutiques, les instituts Pasteur en Afrique sont en train de subir les conséquences de la révolte des Africains à l’encontre de l’OMS, accusée d’avoir déconseillé l’artémisia comme la chloroquine dans le traitement du covid-19 alors qu’ils sont les seuls à avoir montré leur efficacité.

Si, à Dakar, c’est la mise à l’écart du Pr Mboup, une fierté nationale, qui a braqué les Sénégalais contre ce « laboratoire étranger » à qui le gouvernement a confié le destin du Sénégal en toute opacité -même les coûts des tests sont inconnus des Sénégalais- à Madagascar, c’est le gonflement des résultats des tests positifs qui ont courroucé les autorités. Et braqué l’opinion publique: L’institut Pasteur avait déclaré 67 personnes atteintes de covid-19 et, lorsque le laboratoire Meyrieux rattaché à l’université de Antananarivo, a repris les mêmes tests, ils n’ont trouvé que 10.

Et « ce mensonge » de son homologue malgache, l’institut Pasteur de Dakar s’en serait aussi rendu coupable à Dakar. Mais, comme avec l’affaire du refus de partager sa cellule souche, le Dr Amadou Sall ne tergiverse pas. Droit dans ses bottes….pardon derrière ses lunettes, il a soutenu que  «concernant les résultats des tests du personnel médical de l’hôpital Fann, il n’y a jamais eu de transmission au ministère de la santé de résultats doubles ou contradictoires pour les médecins concernés ».

Pour le patron de l’Institut Pasteur de Dakar dont les propos sont parvenus à Kewoulo, «une deuxième série de prélèvements avec des fiches correctement renseignées (leur) a été transmise et (leur) a permis d’effectuer les tests et de donner les résultats négatifs de ces personnes tels qu’annoncés par le ministère de la santé lors de son point quotidien».Aussi, à ceux qui continueraient à douter de leur expertise et de leur patriotisme, le Dr Amadou Sall a précisé que « aucun résultat faux ou contradictoire n’a été rendu au Ministre de la Santé».

Laisser un commentaire