Côte d’Ivoire: Après la mort de Simone Gbagbo, ce sont les aveux de la maman de Laurent Gbagbo qui occupent l’actualité

Côte d'Ivoire: Après la mort de Simone Gbagbo

Bien que incarcéré à la prison de La Haye depuis bientôt 7 ans, l’ancien président ivoirien, Laurent Gbagbo, continue d’occuper les devants de la scène médiatique à Abidjan. Après l’annonce aussitôt démentie du décès de son épouse, Simone Ehivet Gbagbo, c’est une vielle interview de Mme Gadoh Marguerite qui est ressuscitée pour occuper les ivoiriens.

Avant qu’une folle rumeur ait commencé à circuler sur la prétendue mort de son épouse, Simone Ehivet Gbagbo; rumeur démentie par son avocat, Me Dadjé Rodrigue, qui a déploré que “des rumeurs font croire au décès de la Première dame, Madame Simone Ehivet Gbagbo. Il n’en est rien. Car elle est bien vivante et attend vivement de rentrer chez elle libre”.

A la suite de l’instante rumeur sur l’épouse incarcérée, les ivoiriens ont remis au goût du jour un extrait d’interview que la vielle avait accordée au journal Le Réveil. Dans celle-ci, la maman du président, Gbagbo Laurent, déclarait: « Pour payer leurs impôts, mes parents m’avaient donné en mariage à un militaire malinké qui est parti avec moi à Abidjan. Et mon frère Goli Victor, ayant appris que les parents m’ont donnée en mariage contre mon gré pour payer leurs impôts, a protesté. C’est donc, lui, qui a proposé à son ami Paul -Koudou ndlr- de m’épouser. Ils sont allés me chercher à Abidjan pour le village à l’insu de mon mari. Trois jours après, mon mari est venu me chercher. Et mon frère Goli Victor a refusé que je retourne à Abidjan, chez lui. C’est ainsi que j’ai épousé Koudou Paul. C’était juste après la deuxième guerre mondiale. Il (Koudou Paul, ndlr) était rentré au pays où il exerçait comme policier. » Source: Le Nouveau Réveil – Publié sur notre site le: 26/3/2005)

Cette sortie de la vielle avait beaucoup fait jaser à Abidjan. Pour les adversaires de Laurent Gbagbo, la vielle maman venait d’avouer le secret familial le mieux gardé de la Côte d’Ivoire. Parce que, depuis très longtemps, les opposants au seul garçon de la région des fromagers avaient toujours prétendu que Laurent Gbagbo ne serait pas le fils de son père. Il serait issu d’une relation entre un saisonnier malien et Mme Marguerite Gadoh. Pour asseoir cette thèse, ces autodafés répétaient que « puisque la deuxième guerre mondiale a pris fin le 8 mai 1945 et que Gbagbo Laurent est né le 31 mai 1945, il ne pouvait pas être de le fruit de l’union entre Marguerite Gadoh  et Koudou Paul, le père des autres frères et soeurs de l’ancien président. »

Pour rappel, après la chute du régime de son fils, la vielle a fait partie des proches de Gbagbo à avoir choisi l’exil. Après plusieurs mois passés à Accra, elle avait décidé de retrouver son pays. Rentrée dimanche du Ghana, où elle était en exil depuis trois ans, Marguerite Gado est décédée le mercredi 15 octobre 2014. Elle avait 94 ans. La mère de l’ancien président ivoirien Laurent Gbagbo s’est éteinte à Yamoussoukro, dans la capitale érigée par Houphouët Boigny, alors qu’elle était en route pour son village natal de Blouzon. Son enterrement a réuni des milliers de partisans de son fils à travers le monde.

Laisser un commentaire