Casamance: Ce que l’on sait de la mort des deux soldats tués dans l’explosion de la mine à Bissine

Casamance: Ce que l'on sait

Moins de 24 heures après le drame survenu entre Diagnon et Bissine et causé la mort de deux soldats et la blessure de deux autres militaires, Kewoulo en a appris un peu plus. Et tout porte à croire que les hostilités que l’on voulait oublier en Casamance sont en train de renaître. Retour sur une journée tumultueuse.

C’est une tentative de vol de bétail qui a servi de détonateur au calme précaire qui régnait depuis quelques jours dans le no man’s land qu’est devenu l’environnement de la forêt de Bissine, dans l’arrondissement de Niaguiss, dans la commune de Adèane, dans la région de Ziguinchor. Alors que forces de défense et combattants du MFDC sont mobilisés depuis quelques semaines prêts à en découdre, un groupe d’individus était sorti des bois pour s’en prendre au troupeau d’un jeune berger de Singhère. Ce dernier venait juste de franchir la zone des rizières, avec ses animaux. “A la vue des assaillants, le jeune berger, qui dispose d’un fusil de chasse, a tiré en l’air. Et les hommes armés ont pris la fuite.” A soutenu une source villageoise qui s’est confiée à Kewoulo.

Aussitôt, les militaires de la base de Bissine, -implanté là bas depuis le 4 mai dernier- ayant entendu cette détonation, se sont mis en alerte. “Et, c’est à cet instant que le cantonnement de Bissine a commencé à être pilonné par des groupes rebelles. Face à ce feu nourri de l’ennemi, l’armée a fait appel à des renforts qui sont venus d’Adèane.” A soutenu cette même source villageoise. Et, c’est en venant en renfort à ces éléments de Bissine qu’un Pick-up des commandos a roulé sur une mine antipersonnelle, tuant sur le coup un sergent et un soldat. Et, blessant grièvement deux autres militaires.

En représailles, l’armée, qui a bénéficié de renforts venus de toute la Casamance, a procédé -toute la matinée de ce mardi- au pilonnage de cette forêt de Bissine considérée comme le plus grand antre des combattants du MFDC. “C’est dans cette zone que se trouve le fameux camp de la 2 dirigé par un certain René… qui répond de César Atoute Badiate. Mais, aussi, celui de Sikoune commandé par Adama Sané, le remplaçant de Ibrahima Compas Diatta, proche de Mamadou Nkrumah Sané. C’est une zone qui a été abandonnée pendant 28 ans au bon vouloir des rebelles. La tache de l’armée ne sera pas facile.” Ont témoigné de nombreuses sources villageoises en contact avec ces combattants.

Pour rappel, c’est le bombardement de Bissine, commis le vendredi 9 octobre 1992, qui a mis ce village sous les rampes de l’actualité. Ce jour là, des soldats soupçonnant le village d’abriter des rebelles avaient bombardé Bissine, tuant sur le coup 3 personnes. Et plus tard, deux jeunes d’Albondy, revenant d’Adéane où ils étaient allés préparer leur rentrée scolaire, avaient été interceptés en cours de route, confondus certainement à des rebelles, et “exécutés froidement.” Vingt-huit ans après ce drame, Kewoulo a retrouvé la famille de “ces deux exécutés”. Et, à l’unanimité tous les habitants de Bissine Diola, de Djanna, de Tenda, de Bissine Baïnounck, d’Albondy et de Tranquille, reconnaissent que, ironie du sort et manque de maîtrise de la zone par l’armée, “ces deux jeunes que sont Lamine et Ansou Coly étaient connus pour leur farouche opposition au MFDC. Et à ses idées séparatistes.”

Laisser un commentaire