Ziguinchor: Les femmes du bois sacré entrent dans la danse…

Elles se disent meurtries par cette situation de ni paix ni guerre qui prévaut en Casamance depuis plus de trente ans. Ces femmes sont conscientes que du côté militaire comme du côté du Mouvement des forces démocratiques de Casamance (Mfdc), elles sont les grandes perdantes dans ce conflit en ce qu’elles ont perdu beaucoup de leurs enfants.

Pour accompagner le processus de paix enclenché, elles ont décidé de se recueillir et de se confiner dans les méandres du bois sacré à l’issue de leur réintégration dans le giron des organisations de la société civile en quête d’une paix définitive. Marie Rosalie Coly, présidente des femmes du bois sacré de déclarer: « Nous pensions être laissées en rade mais aujourd’hui, cette rencontre initiée par la Coordination des Organisations de la Société Civile en Casamance (Coscpac), nous nous sentons encore impliquées dans la recherche d’une paix définitive en Casamance ».
En effet, la Coscpac, grâce à l’appui de la Fondation Friedrich Ebert a organisé ces deux rencontres avec les femmes et les organisations de la société civile au constat de « la nouvelle détermination de l’armée sénégalaise à traquer les bandes armées, à lutter contre les activités illicites, à neutraliser les éléments armés pour accompagner le retour des populations ». Et de craindre que l´option militaire soit adoptée comme moyen de résolution du conflit en Casamance. Aussi, rappellent-elles aux belligérants qu’aucun conflit ne trouve une solution définitive et durable par la force mais plutôt par le dialogue et la négociation.
C’est pourquoi, ces organisations Invitent le Mfdc, le gouvernement et tous les autres acteurs à la sérénité et au calme indispensables à un dialogue constructif au lieu d’un affrontement, à prôner la nécessité de faire taire les armes, à dialoguer en vue de maintenir et prolonger l’accalmie et d´ouvrir résolument la page d´une paix définitive à travers les accords de paix.

iGFM

Laisser un commentaire