“Macky Sall : Du Génie politique à la politique machiavélique…” (Pape Diadji Ngom, PDS)

Les sénégalais ont porté leur choix sur le Président Macky Sall qui incarnait déjà l’espoir de tout un peuple particulièrement la jeunesse face au dinosaure Abdoulaye Wade qui lui a tout donné. Depuis son accession à la magistrature suprême, les sénégalais, dans leur écrasante majorité, sont déçus et on peut que constater malheureusement un recul dans notre démocratie.

De l’ emprisonnement des leaders de l’opposition, au musellement d’ activistes, et syndicalistes et tout récemment le complot ourdi contre l’un de ses principaux opposants Ousmane Sonko, Macky Sall piétine tout sur son passage, démontrant son arrogance et son allergie à toute forme d’opposition contre son pouvoir. En invitant les sénégalais à la bonne gouvernance dès sa prise de fonction, cette gestion vertueuse des affaires de la République, nous le constatons tous, se substitue à une gestion du parti et de la famille contrairement aux aspirations légitimes des sénégalais.
Lorsque le Président supprimait le sénat pour une meilleure gestion plus efficace des inondations, nous autres sénégalais étions loin de penser qu’une année plus tard que deux nouvelles autres institutions budgétivores allaient être créées pour remplacer le défunt sénat démocratiquement élu. Les problèmes n’en finissent pas et s’accumulent année après année.
L’année 2020 a été fortement secouée par le Covid 19 avec son lot de malheurs. L’économie mondiale est complètement ébranlée. Le Sénégal n’a pas été épargné et la pandémie a enregistré plus de morts et de cas contaminés que dans les autres pays de la CEDEAO. Le quart de notre budget y passe pour accompagner les populations. N’était-ce pas là une belle occasion ou un bon prétexte pour supprimer le HCCT et le Conseil économique?? Au contraire et malheureusement, ils ont été renforcés pour continuer à entretenir une certaine clientèle politique qui n’a que cure des problèmes du sénégalais lambda.
Si nous regardons sur le rétroviseur, nous avons tous constaté que lors des élections locales en 2014, contre toute attente, le Président nous a servi sur un plateau en fer, le fameux acte 3 de la décentralisation pour lui permettre de nous imposer désormais son choix sur une nouvelle formule de nomination des maires de ville. Parce que, rappelons le, Macky Sall a toujours été minoritaire dans les grandes villes malgré toutes les fraudes notées de part et d’autre pour renverser la tendance, il il perdra Dakar, Thiès et Rufisque.
En 2016, Macky Sall surprend encore toute la classe politique en les informant de la tenue du referendum prévu dans trente jours. L’opposition a juste un mois pour battre campagne. Une décision hâtive qui n’agrée guère les autres partis de l’opposition et la société civile. Avec un taux de participation très faible 40%, jamais une élection n’a soulevé autant de controverses au Sénégal. Résultats, le pouvoir obtient 55 % des voix contre 45 %.
2017, Macky Sall sans grand consensus décide encore comme bon lui semble de l’ organisation des élections législatives sur la base d’un nouveau fichier à la place de celui qui lui avait permis de remporter les élections de 2012 . Mystère et boule de gomme. Avec ce nouveau fichier, il lui était loisible d’enlever les primo votants estimés à plus de 1 million d’électeurs (dont les 90 % votent naturellement contre la mouvance au pouvoir). Le transfert de milliers d’électeurs dans des centres de vote fictifs et la création de listes fictives (30 sur 47 sont parrainées par le pouvoir) ont pour seul objectif de réduire l’opposition à sa plus simple expression avec le mode du scrutin majorité relative (raw gadou). Au finish, la mouvance présidentielle remporte avec 49,47% des voix contre 50,53 % pour toute l’opposition réunie et malgré cette minorité, les tenants du pouvoir ont remporté plus de 125 députés contre 40 députés pour l’opposition majoritaire.
En 2019, Macky Sall organise le parrainage dont la seule motivation était d’écarter le maximum de candidats
possible. Contrairement aux élections législatives où il faudrait avoir la majorité absolue (50 +1). Cette machination visait plutôt à éviter une pluralité des candidats mais aussi avec la complicité de sa justice et de son administration, de réduire au mieux la candidature de ses plus sérieux adversaires que sont Karim Wade et Khalifa Sall qui sont mis hors course parce-que frappés d’une condamnation judiciaire leur privant leur droit de vote.
Le Président Macky sait qu’il a perdu la confiance des sénégalais. Se sachant minoritaire, il prépare minutieusement son plan et combinés pour s’éterniser au pouvoir. Le retard dans la fixation des futures échéances nous laisse penser que Macky n’a pas dit son dernier mot et ses agissements ne s’expliquent pas pour quelqu’un qui est à son dernier mandat. Alors wait and see.
Hier encore, sous Senghor, Abdou Diouf et Abdoulaye Wade, notre pays le Sénégal était la vitrine de la démocratie en Afrique ou le Jom, le Sutura et le Kersa n’étaient pas seulement de vils mots mais un héritage de nos valeurs et vertus ancestrales. Malheureusement, ce même Sénégal est entrain de perdre toutes ses valeurs et va devenir si l’on y prend pas garde la risée de l’Afrique.
Le Sénégal vit aujourd’hui les pires moments de son histoire politique. Nous autres vaillantes et vaillants sénégalais et particulièrement la jeunesse n’accepterons jamais qu’une force telle qu’elle soit puisse nous entraver notre liberté ou tenter de nous inculquer savamment la peur.
Devrions nous croiser les bras et laisser Macky Sall dérouler son plan machiavélique pour se pérenniser au pouvoir. Nous devons mutualiser nos forces pour y faire face avec tous les droits que nous donnent la constitution. C’est un combat de tous les sénégalais épris de liberté et justice. Si la démocratie se perd, nous allons tous périr. Notre démocratie serait en lambeaux si demain Ousmane Sonko, Karim Wade ou Khalifa Sall et un autre seraient écartés des présidentielles de 2024… Et au nom de quoi??? Pour cultiver la paix, il faut semer la paix.
Nos forces de l’ordre doivent refuser d’être un appareil d’État répressif d’un pouvoir machiavélique en mal de popularité.

Diadji Ngom Leader politique à Guédiawaye

Laisser un commentaire