Coronavirus: Le jour où les cas se compteront par milliers au Sénégal ! PAR Mamadou Mouth Bane

L’épidémie du Coronavirus dévoile, à nouveau, après le naufrage du bateau «Le Joola», la vraie nature de l’homo-senegalensis et met à nu toutes nos tares. Depuis quelques jours, le miroir (coronavirus) nous renvoie notre image réelle ; c’est-à-dire, ce qui caractérise le Sénégalais, au plus profond de son être. Il s’agit de cet Africain qui habite à l’extrême ouest du Continent et qui se croit le plus beau, le plus intelligent, le plus grand footballeur du monde (il n’a jamais gagné une coupe). Il se considère comme un compatriote d’Allah, le Tout puissant, Son Voisin de quartier même.

Oui, le Sénégalais croit fermement que Dieu possède une carte d’identité biométrique (Cedeao) sénégalaise et que le Paradis est construit quelque part dans le Baol ou dans le Saloum. Il est pauvre et refuse de travailler. Il est sale et refuse de se laver les mains. Et, plus grave encore, il pense devenir, très prochainement, le plus grand producteur mondial de pétrole, devant l’Arabie Saoudite, la Chine, la Russie et les Usa. A vrai dire, ce pays regorge tous les ingrédients qui le maintiendront dans sa station éternelle de pays pauvre, très endetté. Ne faudrait-il pas s’inquiéter, pour toute la Communauté, lorsqu’on entend certains débiles, heureux de dire que le Coronavirus ne les atteindra pas, parce que le Sénégal est le pays d’un marabout X ou Y ? Alors que l’Arabie Saoudite a fermé la Kaaba pour éviter les rassemblements qui encouragent les contaminations, à quelques encablures du mausolée du Prophète Mohamed (SAWS). Par ailleurs, les adeptes du «suicide collectif» se bousculent dans les mosquées, alors qu’en de pareilles situations, l’Islam a dicté des comportements stricts à adopter.

Les pays comme le Maroc et l’Égypte, où le plus grand nombre de cadres musulmans sénégalais ont été formés, ont fermé toutes les mosquées. Mais, pour qui nous nous prenons ?  Sommes-nous plus croyants que ces Saoudiens, Marocains et Égyptiens ? Si c’est réellement le cas, cessons de faire le pèlerinage à la Mecque et restons ici. Et, le vendredi passé, certains ont prié à la mosquée à cause de l’interdiction. Mais sans cela, ils ne prient jamais. C’est qu’ils jouissent dans la bravade de l’interdit. Finalement, chacun est libre de se suicider, tout seul. Mais de grâce, épargnez ceux qui ont choisi de vivre. Des Sénégalais refusent, bêtement, de respecter les instructions du corps médical. Ils défient volontairement l’autorité. Ils refusent, allègrement, de rester chez eux. Ils continuent de vendre de l’eau dans des sachets, dans les rues. Ils s’entassent dans les cars de transport en commun, qui doivent d’ailleurs cesser de circuler. Ils se massent dans des gares routières polluées, dans des dibiteries enfumées, dans des gargotes fétides….

Et ils croient, fermement, que leurs marabouts, dont certains sont pourtant morts des suites d’une petite grippe, peuvent les sauver du Coronavirus. Les confréries ne sont pas au-dessus de l’Islam et aucun marabout n’est au-dessus du prophète (SAWS). Le shirk (Association) est devenu un vrai danger au Sénégal. Heureusement qu’ils existent encore des guides religieux conscients des menaces qui guettent la race humaine, si fragile.
L’État est garant de nos vies. Nous sommes dans une guerre sanitaire, certes, mais une guerre tout court. Les Généraux de l’Armée doivent se mobiliser pour faire respecter les directives fixées par le président de la République, afin de combattre l’ennemi. Dans d’autres pays, les Forces de Sécurité s’en prennent physiquement aux récalcitrants qui squattent les rues.

Il faut fermer le pays et permettre, uniquement, aux services publics de base de fonctionner. Tous les Sénégalais doivent se mettre au service du pays. En période de guerre, chaque citoyen devient un soldat pour défendre la Patrie. Sauf que dans cette guerre contre le Coronavirus, il est conseillé à une partie des soldats de rester à la maison. Maintenant, tous ceux qui tentent d’aller en contre-sens des instructions données par le corps médical, sont des ennemis potentiels de la Nation sénégalaise. Il faudra, alors, faire face à toute forme de défiance, dont les auteurs pataugent dangereusement dans l’incivisme, l’indiscipline, l’insouciance et le «religisme» aveugle. Heureusement, les petits politiciens, férus de « buzz » média, se sont alignés… malgré eux, de peur d’être mis en quarantaine par l’opinion publique.

Mais, il n’est pas difficile de comprendre pourquoi certains Sénégalais refusent de respecter les instructions données. Combien de fois l’Autorité a interdit des manifestations publiques, et a été défiée par des citoyens qui se prennent pour des guerriers de salon ? A la place de la crise d’autorité que brandissent, péremptoirement, certains analystes, nous dirons qu’il s’agit, plutôt, de l’incivisme crasseux. Ils ont l’habitude de défier l’Autorité, lorsqu’elle interdit les marches. Ils ont l’habitude d’offenser les Institutions. Voilà, en partie, les fondements de l’indiscipline galopante de certains Sénégalais, qui confondent liberté et anarchie.

Certains piètres activistes et mouvements citoyens autoproclamés ont, depuis longtemps, ouvert cette porte de l’incivisme qui mène tout droit vers la chienlit. Et, malheureusement, ces gens qui excellent dans la défiance de l’Autorité dans les rues et dans l’incivisme épidémique sont invités comme « Guest star » sur les plateaux TV. Parce que, ce sont ces anti-modèles que certains médias proposent à la jeunesse sénégalaise qui, elle aussi, s’engouffre inconsciemment dans ce «car rapide» de l’indiscipline. Le mal est très profond dans ce pays. Regardons-nous en face et disons-nous la vérité. Un pays ne se construit pas dans l’indiscipline, le désordre et les saletés. Les tenants du pouvoir, les opposants, la classe maraboutique, la presse et la Société civile, hommes et femmes, doivent enfin le comprendre. C’est dans l’unité seulement que les Sénégalais arriveront à changer les choses.

Un pays comme la Chine, qui a plus de moyens que tous les pays de l’Union européen, a enterré 3.261 personnes, malgré son plateau technique sanitaire de référence. L’Italie, l’Espagne et la France, surtout elle qui vient souvent en aide au Sénégal, n’ont d’yeux et de temps que pour leurs propres cas. Ils ont plus de moyens que nous. Leurs médecins, leurs experts médicaux, leurs unités de production industrielles de produits médicaux sont en œuvre. L’Union européenne a déployé des moyens financiers estimés à 37 milliards d’euros, soit 24.235 milliards de F CFA. Le budget du Sénégal est de 4.215 milliards. Et, malgré tout cela, ces pays ont perdu le sommeil, parce que dépassés par la situation. Chez nous, on s’offre solennellement certaines libertés, défiant même la raison et la logique. Lorsque les pays développés (Chine, Italie, Espagne, Usa etc.) enterrent leurs morts, que doit être le comportement des pays pauvres comme le nôtre ? L’Italie a enterré 800 personnes, samedi dernier.

Ecoutez ! Soyons sérieux ! L’heure est grave et la situation alarmante. La multiplication des «cas communautaires» accentue le risque d’une hécatombe, dans le pays et dans toute l’Afrique. Que les Sénégalais comprennent qu’une personne morte de Coronavirus sera inhumée loin de ses parents, de ses enfants, de son épouse (ou époux), de son marabout, sans lavage ni prière mortuaire et peut-être dans une fosse commune, si elle n’est pas incinérée. Les mots sont durs, mais la réalité l’est encore plus. «Les hôpitaux sénégalais n’ont pas les moyens comme en France», a déclaré hier, dimanche 22 mars, sur «France24 », une Française qui s’apprêtait à rentrer.
L’indiscipline des Sénégalais augmentent considérablement le risque de propagation dans le pays.

C’est maintenant que le changement de comportement tant chanté sous tous les toits a un sens véritable. Changer de comportement ou disparaître ! Car, le jour où les cas se compteront par milliers, dans ce pays, la population connaîtra une forte baisse et peut-être, enfin, les rescapés prendront conscience et apprendront des erreurs du passé, pour bâtir un «Sénégal Nouveau», avec un nouveau type de citoyen moins paresseux, travailleurs, respectueux des Institutions, patriotes et attachés à leur Nation. Il faut un déclic pour créer un sursaut national. Le Rwanda, que nous avons l’habitude de citer en exemple, est sorti d’une guerre civile avec 800.000 à 1.000.000 de morts. Les rescapés ont refondé ce pays régenté par un dictateur militaire, Paul Kagamé qui, quoi qu’on puisse dire, a redressé son pays. D’où qu’il viendra, le Sénégal a besoin d’un déclic pour conscientiser les populations sur la nécessité d’engager des ruptures profondes, afin de redresser la Nation sénégalaise, dans la discipline et la cohésion.

Sans nul doute, le Coronavirus va ouvrir une nouvelle ère dans le monde, mais surtout en Afrique, plus particulièrement au Sénégal. Il y aura un nouvel ordre mondial, comme Jacques Attali l’a prédit. Ce que le leader de la «France Insoumise»,  Jean-Luc Mélenchon, appelle «le monde d’après», c’est-à-dire le monde qui naître après l’épidémie du Coronavirus. Les rapports vont changer entre les États, entre les gouvernants et les gouvernés, entre l’acteur politique et son militant, mais aussi entre le talibé et son marabout.

Au Sénégal, nous avons entendu des marabouts dire avoir défait un chef de l’État (même à l’étranger), ou en avoir élu, par leurs pouvoirs mystiques, un chef d’État. D’autres seraient en contact direct avec des esprits (jinn) qui leur parlent. Alors, attendent-ils d’être appelés au secours pour éradiquer le mal ? Ceux qui sont prompts à vendre leur âme, à un marabout ou à un guérisseur, ne continueront à leur faire confiance que si ces derniers réussiraient à freiner la propagation de la maladie (physiquement ou métaphysiquement). Autrement, ce serait la fin de l’hégémonie maraboutique dans ce pays. En attendant, faisons des médecins nos marabouts. Restons chez nous et suivons à la lettre leurs consignes. Car eux, au moins, sont dans le réel, dans la vérité et ils ne lorgnent pas nos petites économies. Allah Akbar !

Mamadou Mouth BANE

3 Commentaires

  1. Lorsque des gouvernants mettent des décennies à endormir des gens, il arrivera un moment où on aura besoin que ces gens se réveillent pour accomplir certains actes (tâches) dans le sérieux et sans THIAXANERIES. À ce moment là, lorsque le sommeil est profond, il devient difficile de les réveiller car le somnifère utilisé est fort et puissant. Même les arroger de goûtes d`eau n`y pourra rien. À qui la faute ?

    • Si ces propos sont avérés, alors Marine Le Pen a parfaitement raison. Si en 60 ans, les dirigeants africains n’ont pas :
      – construit d’hôpitaux super équipés alors qu’ils ont des milliers de milliards dans les paradis fiscaux en Europe et en Asie ;
      – fait développer la science ici en Afrique ;
      – instauré la vraie démocratie pour améliorer la gestion de nos États.

      Si en 60 ans tout cela n’a pas pu être possible, c’est que ce sont les Africains eux-mêmes qui l’ont souhaité. Nos populations ont été passives, et ont refusé de prendre leurs responsabilités face à la médiocrité de leurs dirigeants. Nos populations ont accepté que ces dirigeants leur fassent perdre 60 années de leur vie sans pour autant avoir apporté le développement. yeclo. https://www.yeclo.com/coronavirus-marine-le-pen-previent-les-dirigeants-africains/

    • Le coronavirus ne devrait pas être l`occasion rêvée pour des FORCES OCCULTES de dérouler leur agenda dans LA GUERRE TOTALE CONTRE DIEU ET LES RELIGIONS. Nous nous inscrivons dans l`Analyse géopolitique de cette pandémie : à qui elle profite ? Pourquoi refuser les opinions discordantes ?

LAISSER UN COMMENTAIRE