Fin de détention: Guy Marius Sagna retrouve les siens à la faveur d’une liberté provisoire

Fin de détention: Guy Marius

Le journal Libération, proche du pouvoir, avait annoncé les couleurs: « Guy Marius Sagna va retrouver la liberté ce vendredi, suite à l’accord donné par le parquet. » Désormais, c’est chose faite. Le juge d’instruction qui, a en charge le dossier de l’activiste, a décidé une main levée du détenu emprisonné pour diffusion de fausses nouvelles.

Et en l’absence du mis en mis cause, c’est aux avocats de ce dernier que le juge a notifié son ordonnance. Et cette décision a été entérinée par le ministère public qui n’a pas jugé nécessaire de s’opposer à la demande de liberté provisoire introduite par les avocats de Guy Marius Sagna. Avec cette remise en liberté de l’un des détenus les plus encombrants du Sénégal, la justice a tendu une perche à l’Etat qui avait perdu la face avec l’emprisonnement de Guy Marius Sagna.

Parce que, alors que le parquet a dit reprocher à l’activiste la rédaction et la diffusion d’une alerte -diffusée sur internet- annonçant la préparation, par la France, d’attentats terroristes au Sénégal, le mouvement Frapp France Dégage a déclaré que Guy Marius Sagna n’a jamais écrit un tel communiqué. Aussi, il n’avait jamais partagé ces écrits sur sa page Facebook. Et pour confondre le parquet qui ne reprochait que ces faits à Guy Marius Sagna, les camarades de Babacar Mboup ont fait savoir que ce sont eux -et non Guy Marius Sagna- qui avaient écrit le communiqué en question.

A LIRE AUSSI: Urgent: L’activiste Guy Marius Sagna arrêté par la Section de Recherches pour…

Innocenté sur ces faits par des individus bien identifiables qui ont revendiqué la paternité de ces écrits incriminés, le parquet n’avait de choix de reconnaître sa bévue. Mais, puisque sous nos tropiques, les autorités ne reconnaissent jamais leur erreur, le maître des poursuites s’est entêté à maintenir l’activiste en prison pour sauver la face hideuse d’une justice dite aux ordres de l’exécutif.

A en croire de nombreuses sources interrogées par Kewoulo, « c’est le palais qui est derrière cette arrestation. L’exécutif n’a pas goûté aux commentaires de Guy Marius Sagna sur la mort de Ousmane Tanor Dieng. » Dans un post publié, juste après l’annonce de la mort de l’ancien Secrétaire général du PS à Bordeaux en France, Guy Marius Sagna avait écrit : » c’est une honte pour un homme d’Etat sénégalais que d’aller mourir dans un hôpital de chez l’ancien colonisateur. »

Et aussitôt après la publication de cet écrit, qui ne tombent nullement sous le coup de la loi, des éléments de la Section de Recherches de la Gendarmerie s’étaient rendus au domicile de l’activiste pour le cueillir. Et le conduire à Colobane « sur instruction du procureur de la République. » Depuis ce 16 juillet 2019, l’homme a été privé de liberté sans que les opérations de charme pour faire adhérer l’opinion à sa cause ne convainquent les Sénégalais.

LAISSER UN COMMENTAIRE