Économie : L’engagement du Sénégal face au Fmi sur la transparence et la reddition de comptes concernant les dépenses d’urgence.

Le Fonds monétaire international (Fmi) a bouclé, durant cette crise sanitaire causée par la Covid-19, ‘’une mission virtuelle du 2 au 12 juin 2020 pour mener des entretiens dans le cadre de la première revue de l’accord avec le Fmi au titre de l’Instrument de coordination de la politique économique (Icpe) qui a été approuvé en janvier 2020. Une mission effectuée par une équipe des services de ladite institution dirigée par Mme Corinne Deléchat qui, à l’issue des travaux, a rendu compte de l’engagement qu’ont pris les autorités sénégalaises devant le Fmi. Des engagements qui portent sur le renforcement de la transparence, de la reddition de comptes concernant les dépenses d’urgence, entre autres.

Il est ressorti de la déclaration du chef de la mission faite ce 15 juin 2020 à Washington (Usa), parcourue par Dakaractu, que ‘’l’équipe du Fmi est parvenue à un accord avec les autorités en ce qui concerne les mesures économiques et financières qui pourraient favoriser l’approbation de la première revue de leur programme sur trois ans au titre de l’Instrument de coordination de la politique économique (Icpe). Le conseil d’administration du Fmi pourrait examiner cette première revue dans la deuxième moitié du mois de juillet 2020’’.

Mme Corinne Deléchat, dans ses propos, a indiqué que ‘’la pandémie Covid-19 a un impact significatif sur l’activité économique accentué par les mesures de fermeture des frontières, le couvre-feu et la distanciation sociale. Le taux de croissance du PIB est projeté à 1,1% pour l’année 2020 contre 5,3 % en 2019. Ces prévisions reposent sur la maîtrise de l’évolution de la pandémie, la mise en œuvre des mesures de soutien à l’économie et une reprise graduelle de l’activité au cours du second semestre de 2020. Elles sont toutefois marquées par d’importants risques à la baisse’’.

Pour atténuer les effets de la crise imputable au Covid-19, selon elle, ‘’le gouvernement a mis en place un programme de résilience économique et sociale afin de renforcer le système de santé et de soutenir les ménages, la diaspora sénégalaise ainsi que les entreprises et leurs salariés. En avril 2020, le Fmi a décaissé une somme de 442 millions de dollars Us (100% du quota du Sénégal) soit environ 263 milliards de F Cfa ou 2% du Pib, au titre de l’Instrument de financement rapide (Ifr) et de la Facilité de crédit rapide (Fcr), apportant ainsi un soutien immédiat en termes de liquidités afin d’appuyer l’Etat dans le cadre de la mise en œuvre de son plan de riposte’’.

Le Sénégal a eu une bonne note, par ailleurs. Pour preuve, le Fmi a indiqué que ‘’la mise en œuvre du programme soutenu par l’Icpe est satisfaisante. À fin décembre 2019, toutes les cibles quantitatives du programme, sauf une concernant le pourcentage des marchés publics de gré à gré, ont été atteintes, et des progrès significatifs ont été accomplis dans la mise en œuvre des objectifs de réforme pour fin juin. En particulier, les services du Fmi saluent la finalisation de la stratégie de mobilisation des recettes à moyen terme, dont la mise en œuvre dès la deuxième moitié de 2020 soutiendra les mesures de relance de l’économie. La prise en compte totale de l’impact de la pandémie sur la collecte des recettes et les besoins de dépenses supplémentaires portent le déficit budgétaire prévisionnel à 6,1% du PIB en 2020. Les autorités ont exprimé leur engagement à mettre en œuvre des mesures temporaires, bien ciblées, d’un bon rapport coût-efficacité et pleinement reflétées dans un budget révisé. Elles entendent revenir progressivement à un déficit budgétaire de 3% du PIB à l’horizon 2022 (objectif de convergence de l’Uemoa) à mesure que la situation se normalise. Les autorités se sont également engagées à initier des mesures pour renforcer la transparence et la reddition de comptes concernant les dépenses d’urgence’’.

En ce qui concerne les mesures de soutien à l’économie, le Fmi a relevé l’importance pour Macky Sall et son gouvernement ‘’d’assurer que le soutien aux entreprises à travers les financements accordés soit bien coordonné et ciblé et que les conditions d’éligibilité aux divers mécanismes soient clarifiées. Ce soutien devra également reposer sur un partage approprié des risques pour limiter l’aléa moral et les coûts fiscaux. Les transferts directs destinés aux entreprises viables devront par ailleurs être évalués sur la base d’analyses coûts-avantages’’.

Laisser un commentaire