“Quand la dépendance militaire nourrit la France-Afrique”

Élu le 28 mars 2012, le nouveau président sénégalais Macky Sall s’est finalement refusé à exiger le paiement d’un loyer par la France, décidant que la France pourrait bénéficier du site de Rufisque à titre gracieux, et a signé le traité le 18 avril 2012 à l’occasion de sa visite en France ». République Française.

Premier partenaire commercial du Sénégal, la France est aussi le premier investisseur parmi les investissements directs étrangers (IDE) avec plus d’une centaine d’entreprises implantées et des échanges commerciaux de presque 1 milliard d’euros et, qui bien évidemment, dégagent un excédent en faveur de la France.
En ce qui concerne la coopération sur la sécurité et la défense, le Sénégal en est le premier bénéficiaire, avec les éléments français au Sénégal (EFS) en matière de formation de notre armée nationale. Depuis l’indépendance, les Etats souverains sont égaux et la non-ingérence dans les affaires intérieures d’un pays est l’un des principes fondamentaux pour cohabiter pacifiquement.
Afin d’obtenir ce qu’elles veulent, les anciennes puissances coloniales ont adopté une tactique beaucoup plus subtile. Si la France voulait toujours demeurer une puissance occidentale, elle devait observer un lien étroit avec les anciennes colonies.
François Mitterrand disait que « sans l’Afrique, il n’y aura pas d’histoire de France au 21e siècle. Ainsi, pour maintenir sa souveraineté sur les anciennes colonies, la France a signé des accords de défense avec ses colonies pour leur assister en cas de trouble et de stationner dans leurs pays. À nos jours, la France maintient des accords de défense avec ses colonies. Quelles sont les clauses qui sont derrière ces accords de défense ? Ces clauses, sont-elles légales ?

Mohamed Dia

Laisser un commentaire