Spécial An 2 d’une tuerie sans coupable: « Depuis ce drame, les gens nous regardent comme des tueurs, alors que nous sommes innocents », Edouard Dasylva, chef du village de Boffa Bayottes

Stigmatisées par les tueries exécutées le 6 janvier 2018, les populations de Boffa Bayotte n’ont toujours réussi à ravaler leur colère. Alors que rien ne les lie à ces meurtres de masse qui ont horrifié le Sénégal, c’est l’appel d’un journaliste d’une radio locale de Ziguinchor qui liera à jamais le nom de leur village à ce drame qui s’est, pourtant, déroulé à plus de 11 kilomètres de Boffa Bayotte. Et même si le temps est passé par là, le chef Edouard Dassylva et les siens ont du mal à porter leur nouveau statut de « village du carnage »…..

Comme Oradour Sur Glane en France où, en débandade, les nazis ont massacré, le 10 juin 1944, 642 personnes, le Sénégal -à des moindres mesures- continue de compter ses villages de malédiction. Après Bissine, Kaguitte, Babonda, Mandina-Manjack, Effock et Youtou, le Cap Skring et Diagnon, il y a désormais Boffa Bayotte. Situé à un kilomètre, sur la droite, de la Route nationale n°4 et dernier village sénégalais -avec Mpack- à la frontière de la Guinée Bissau, Boffa Bayotte était un hameau paisible, protégé par une végétation clairsemée par endroit et abondante sur le reste de son territoire. Et il est habité, uniquement, par des animistes Madjack dont la vie est régie par les fétiches du bois sacré.

Jadis joviales, ces populations qui avaient connues l’exil, suite à la guerre que se livre le gouvernement et le MFDC, sont à nouveau hantées par les démons de cette crise qui n’en finit toujours pas. Après avoir été chassées de leurs terres par des troupes combattantes, les populations de Boffa vivent, cette fois-ci encore, avec un agresseur plus discret, plus pernicieux: la suspicion.

En effet, voila deux ans que le nom de leur village est, à jamais collé, à la plus grosse tuerie de masses que la Casamance ait connue. « Et depuis lors, lorsque je présente ma carte d’identité, je vois comment les gens me regardent dès qu’ils lisent Boffa sur ma pièce« , regrette aujourd’hui Edouard Dassylva, le chef du village de Boffa Bayotte. Alors que rien ne lie ce village à cette tuerie de masse, c’est un appel téléphonique d’un journaliste, à une de ses sources, qui a entaché à jamais le nom de ce village.

« Alors qu’il devait venir, sur le terrain, et vérifier l’information, le journaliste Ibrahima Gassama a appelé le chef du village de Bourofaye Baïnouck, le doyen Coly. Et, ce dernier, alors qu’il ne sait rien ni de l’endroit de la commission des faits ni de ce qui s’est passé, a déclaré que c’est à Boffa Bayotte qu’il y’a eu les tueries. Alors même que peu de gens, ici, connaissent cet endroit qui se trouve à plus de 11 kilomètres de notre village. Et depuis nous voila, à jamais, stigmatisés et regardés de travers. » Déplore le chef Edouard Dassylva.

Bien que étranger à cette tuerie, c’est pourtant ce chef généreux du village de Boffa Bayotte qui acceptera d’accompagner les rescapés et des volontaires pour retourner sur le théâtre des tueries et aller récupérer les corps. « On n’avait pas réfléchi. On ne pouvait pas réfléchir à cet instant. Alors que des gendarmes comme les Sapeurs pompiers étaient-là, nous, civils, avons décidé de nous rendre en brousse porter secours aux possibles blessés et récupérer les cadavres. Je ne pourrais jamais décrire ce que j’ai vu là bas parce que ça ne m’intéressais pas. Ce qui importait pour nous, c’était récupérer les corps« , a confié Edouard Dassylva à Kewoulo.

Muni de charrettes attachées à des ânes, c’est ce groupe dirigé par ce chef qui -n’a pourtant jamais été ni félicité par le chef de l’Etat ni été décoré de la Légion d’honneur- qui a permis aux familles de récupérer les corps de leurs défunts et à la nation de rendre hommage à ses enfants assassinés. Autre incongruité de cette République, Edouard Dassylva comme ses nombreux camarades qui ont été sur la scène du crime et sont donc les seuls capables de décrire l’état des cadavres comme du terrain n’ont jamais été auditionnés. Deux ans après ce drame, le chef Edouard Dassylva et les siens ne comprennent toujours pas comment des êtres normaux peuvent retourner dans cette maudite forêt des Bayottes s’adonner à cette coupe illégale pour laquelle 15 personnes avaient été assassinées.

3 Commentaires

      • Le conflit casamançais est passé d’une phase violente de guerre intense
        (1982-2000) à une phase confuse (2000 à nos jours) de ni paix ni
        guerre. Cette dernière phase a servi de terreau à des individus ou des
        groupes d’individus qui, sous le prétexte d’administrer, de maintenir la
        sécurité ou encore de conduire le processus de paix en Casamance,
        profitent du contexte pour manipuler tout le monde, faire des affaires et
        vivre de ce conflit.
        Casamance : Les geôles du mensonge est un récit qui aborde sans langue
        de bois la situation incompréhensible qui prévaut dans cette zone
        depuis l’éclatement du conflit en 1982. C’est le témoignage d’un
        ancien élève du lycée Djignabo dans les années 1970, ancien aviateur
        militaire de l’armée sénégalaise de 1984 à 2001, opérateur économique
        de 2003 à nos jours et enfin ancien élu au conseil départemental de
        Ziguinchor.
        Cet ouvrage nous livre les dernières informations sur le conflit
        casamançais : les dessous de la tuerie de Boffa de 2018 et
        l’arrestation spectaculaire, mais arbitraire du journaliste René Capain
        Bassène, les non-dits sur le projet d’exploitation du Zircon à Niafran, http://www.editions-harmattan.fr/catalogue/couv/aplat/9782343192024.pdf

LAISSER UN COMMENTAIRE