Justice: Le dossier des tueries de Boffa Bayotte renvoyé devant la chambre d’accusation le 14 octobre

Justice: Le dossier des tueries

Me Clédor Ciré Ly avait prévenu tout le monde: “de nombreuses violations ont été constatées dans le traitement de ce dossier de Boffa. Et nous allons nous battre pour faire respecter les droits de nos clients. Et, toutes les personnes citées dans le cadre de cette affaire doivent être retrouvées et entendues.” Avait-il déclaré devant des journalistes venus prendre sa réaction au soir de son ultime face à face avec le juge d’instruction, Augustin Diouf, devenu entre temps président du tribunal de Ziguinchor.

Quelques semaines après ce haletant face à face qui a fini par irriter le pénaliste -Me Clédor Ciré Ly avait remarqué que les conditions n’étaient plus réunies pour entendre René Capain Bassène de manière sereine- et avait boudé l’audience. Son client, René Capain Bassène, qui ne pouvait quitter la salle avait refusé, tout simplement, de répondre à la moindre question du juge d’instruction; mettant ainsi fin à ce que de nombreux spécialistes du droit ont assimilé à de “la torture.” Sorti révolté de cette séance d’interrogatoire -9h à 23 h sans interruption et alors que le prévenu n’avait pris aucun repas de la journée-, l’avocat qui défend 22 des 25 détenus de l’affaire de Boffa Bayotte avait claqué la porte. Et crié son indignation. Passé cet épisode, Me Clédor Ciré Ly avait introduit une procédure de demande de liberté provisoire pour ses clients; puisque le juge d’instruction venait de boucler les auditions. Mais, alors que l’espoir de revoir les leurs libre était grand à Toubacouta, le nouveau juge d’instruction a fait savoir qu’il s’opposait à ces demandes pourtant motivées par de nombreuses requêtes.

Décidé à tirer ses clients de cette ornière à laquelle ils sont étrangers, Me Clédor Ciré Ly a pris connaissance de la décision du juge. Et a interjeté appel contre son refus de mettre en liberté provisoire les prévenus qui sont “en détention depuis un très long délai sans avoir été ni jugé ni libéré.” Il n’y a pas que ce fait qui irrite l’avocat,  il a décidé, aussi, de s’attaquer au refus du juge d’instruction d’ordonner une expertise informatique des appareils électroniques dans lesquels les enquêteurs disent avoir pris “des éléments de preuves qui incrimineraient les personnes arrêtées.” Pour l’avocat, cette affirmation “d’obtention de preuves de la culpabilité” de ses clients ne repose sur rien. Alors que le rôle du juge d’instruction, comme de tout enquêteur, est de chercher des éléments à charge et à décharge susceptibles de permettre l’établissement de la vérité, on a vu que dans ce dossier de la tuerie de Bayotte-Est tout est fait, depuis l’enquête préliminaire des hommes du colonel Issa Diack de la Section de Recherches, pour asseoir la “culpabilité” de personnes innocentes. Saisie par cette affaire, la chambre d’accusation a décidé de se réunir le 14 octobre prochain.

Pour Me Clédor Ciré Ly, “ce refus d’expertiser les appareils nous prive de la possibilité de rapporter la preuve de la contrevérité de ce que l’enquête de gendarmerie a faussement établie.” Pour rappel, seulement deux ordinateurs et des téléphones portables ont été saisis dans le cadre de cette affaire. S’il n’y avait que ces anomalies dans la procédure dite de l’affaire Boffa Bayotte, il y en aurait déjà trop pour une justice qui se veut d’un Etat de droit.  Mais, il n’y en a pas que ça. Alors que la loi l’y oblige et qu’il ne semble être disposé à le faire, l’instruction doit aussi répondre devant la chambre d’accusation du refus par le juge d’instruction d’auditionner tous les témoins pouvant établir l’innocence de l’inculpé René Capain Bassène, le journaliste présumé être le cerveau de l’opération. Parce que dans cette affaire, tout n’a pas été dit. Comme les gendarmes et le procureur de la République qui ont obligation de descendre sur les lieux présumés d’un crime, de constater, d’enquêter à charge et à décharge et d’organiser une reconstitution des faits dans la foret de Bayotte-Est, le juge d’instruction a décidé de s’enfermer dans le confort de son bureau du palais…de justice de Ziguinchor.

Laisser un commentaire