Belgique: Un désaccord politique à l’origine de l’énucléation à Ixelles

Belgique

D’après les premiers éléments de l’enquête, le différend qui a déclenché la bagarre à Ixelles dans la nuit de samedi à dimanche était un désaccord politique entre les deux hommes d’origine africaine, et non un conflit entre bandes urbaines.

Un suspect a été arrêté dimanche vers 14h50 pour avoir arraché les yeux d’un homme, place du Champ de Mars, a indiqué lundi le parquet de Bruxelles. La victime a été emmenée à l’hôpital dans un état grave.

Dimitri Verdonck, président de l’association Cultures et Progrès, heurté par l’article du quotidien La Dernière Heure qui soulève l’hypothèse d’un « règlement de comptes entre membres de tribus africaines », a tenu à expliquer que les deux protagonistes sont des militants de deux courants divergents de l’opposition à Djibouti en désaccord depuis les élections présidentielles d’avril dernier. »Cela fait longtemps qu’on alerte les autorités belges sur les activités des représentants du gouvernement à travers l’ambassade de Djibouti et une série de structures associatives. Ils entretiennent ici en Belgique une tension permanente entre les opposants et les personnes pro-régime au sein de la communauté. »

La victime aurait eu une altercation plus tôt dans la journée avec le suspect. Ils se seraient par la suite retrouvés place du Champ de Mars et se seraient battus. Le suspect aurait pris la fuite après avoir arraché les yeux de son adversaire. Les policiers appelés sur place ont retrouvé à proximité des lieux de l’agression les yeux de la victime ainsi qu’une lame.

Le suspect a été arrêté alors qu’il se faisait soigner à l’hôpital. Des policiers, sur place pour une autre affaire, ont trouvé ses blessures suspectes. Il reconnaît s’être bagarré avec la victime mais ne peut affirmer avec certitude lui avoir arraché les yeux.

Les deux hommes sont âgés de 33 ans, sans antécédent judiciaire et domiciliés en Belgique. Le suspect est de nationalité néerlandaise et la victime belge.

Le parquet de Bruxelles a requis divers devoirs d’enquête, parmi lesquels la descente sur les lieux du laboratoire scientifique de la police fédérale. L’instruction est en cours. Le parquet communiquera dans la journée à propos d’un éventuel placement sous mandat d’arrêt, pour coups et blessures volontaires, torture et traitement inhumain.

Laisser un commentaire