Arrêté fixant la caution aux Elections Locales : Amsatou Sow Sidibé qualifie le texte de fantaisiste et incompris

Texte alternatif de la bannière

A peine annoncé, l’arrêté fixant la caution pour les Elections Locales à hauteur de 10  millions de F Cfa est vivement contesté par le leader du parti Caar/Leneen, qui qualifie le texte de fantaisiste et incompris. Le Professeur Amsatou Sow Sidibé informe qu’elle va saisir le ministère de l’Intérieur pour des explications. 

« C’est un texte qui est flou, il est confus, on n’y comprend pas grand-chose et il parait dangereux ce texte », avance d’emblée le Porfesseur de Droit  Amsatou Sow Sidibé. 

Revenant sur ce qui est dit dans le document, le leader de Caar/Leneen déclare  qu’: « il est dit que le montant de la caution pour la participation aux élections départementales et communales est de 10 millions de F Cfa pour chaque type d’élection. Donc, selon ce qu’il s’agit de l’élection départementale ou de l’élection municipale ».  

Mais, souligne-t-elle sur Sud Fm, « la partie qui pose problème, c’est celle qui dit : « (…). Et pour chaque liste, quelque soit le nombre de départements ou de communes où la liste de candidat se présente et par chaque liste (…) »

Le Pr en droit civil à l’Université Cheikh Anta Diop de Dakar (Ucad) de poursuivre : « Quand on sait que pour chaque commune il y a une liste qui est présentée, quand on sait que pour chaque département il y a une liste qui est présentée et bien on se pose des questions ». 

« Est-ce à dire que par exemple, pour les 557 communes, une coalition ou un parti qui veut se présenter doit payer 10 millions de caution pour chaque commune ? Ça reviendrait à 5 milliards 570 millions de F Cfa quand il s’agit des communes », fulmine-t-elle. 

Et d’ajouter : « Pour les départements, il y en a 45. Et, ça signifierait 10 millions de F Cfa de caution pour chaque liste dans les 45 départements. Ce serait 450 millions de F Cfa. Ce serait fantaisiste ».   

 L’ancienne ministre-conseiller du président de la République souhaite ainsi des précisions et informe qu’elle va saisir le ministère de l’Intérieur en charge des Elections.  
A noter que les élections locales sont prévues le 1er décembre 2019. 

Laisser un commentaire