Afghanistan: trois employées d’une chaîne de télévision abattues à Jalalabad

Relatives carry the body of one of the female judges shot dead by unknown gunmen in Kabul, Afghanistan January 17, 2021. REUTERS/Mohammad Ismail

En Afghanistan, trois femmes travaillant pour une chaîne de télévision locale ont été abattues ce mardi 2 mars par des hommes armés. Les employées ont été abattues dans deux attaques distinctes à Jalalabad, dans l’est du pays. Aucune revendication. Les talibans nient toute implication. Les assassinats ciblés visant des journalistes et des militants de la société civile ont explosé au cours des derniers mois, depuis le début des pourparlers de paix entre le gouvernement afghan et les talibans entamé en septembre dernier à Doha au Qatar.

Mursal Habibi, Saadia et Shahnaz avaient quitté les locaux de la chaîne de télévision Enikass TV. Elles étaient sur le chemin du retour de leur domicile, pendant l’heure de pointe de fin de journée, quand des hommes armés ont ouvert le feu sur elles. Les trois employées de la chaîne ont été assassinées dans deux attaques distinctes.
Enikass TV a déjà été endeuillé en décembre dernier par la mort de l’une de ses présentatrices, Malala Maiwand, tuée avec son chauffeur selon le même mode opératoire.
Plusieurs médias fonctionnent en effectifs réduits depuis quelques mois suite aux assassinats ciblés qui visent les journalistes et les militants de la société civile. Les services de sécurité afghans ont même convoqué il y a plus de trois mois plusieurs représentants de médias pour les mettre en garde des menaces qui pesaient sur eux.
Plusieurs journalistes ont trouvé refuge dans des pays voisins après avoir été averti des menaces spécifiques dont ils faisaient l’objet. Pour les autorités afghanes, il ne fait aucun doute que les talibans sont derrière la campagne de terreur qui fait rage depuis plusieurs mois. Les insurgés démentent.
Le Comité afghan pour la sécurité des journalistes dénonce des enquêtes non satisfaisantes suite aux assassinats ciblés. Le CASJ estime que si la tendance actuelle se poursuit, la liberté d’expression et les médias indépendants, l’une des plus grandes réalisations en Afghanistan depuis la chute du regime taliban en 2001, disparaîtront.
Selon les Nations Unies, au moins 11 défenseurs des droits de l’homme et travailleurs des médias ont été tués lors d’attaques ciblées en Afghanistan entre septembre 2020, date du début des négociations de paix à Doha, et le 31 janvier 2021.

Rfi

Laisser un commentaire