Urgent: Violents affrontements entre gendarmes et populations au Cap Skirring

Urgent: Violents affrontements

Les pneus ont flambé aujourd’hui dans la station balnéaire du Cap Skirring. Ce matin, ce sont plusieurs dizaines de jeunes qui ont pris d’assaut les rues de la cité touristique pour manifester leur mécontentement contre les lenteurs notées dans la réalisation du projet d’adduction d’eau des communes de Cabrousse, Djembéring et le Cap Skirring. Et, la gendarmerie,qui comptait faire respecter l’interdiction de rassemblement, a chargé lourdement.

Après plusieurs mois de conciliabule, les choses ont envenimé ce matin dans la station balnéaire du cap Skirring, à l’extrême sud de la Casamance. Tôt ce matin, ce sont des centaines de jeunes qui ont pris d’assaut les rues et ruelles de la petite cité touristique pour manifester leur mécontentement quant au retard noté dans le démarrage du projet d’adduction d’eau initié par la commune de Djembéring et soutenue par la ville de Saint-Pierre-les-Elbeuf, en France. Confrontées, depuis toujours, à un manque d’eau potable, les populations de Cap Skirring ont décidé de se faire entendre.

Parce que, malgré la renommée de leur localité, cette cité qui dispose d’un aérogare et permet des liaisons aériennes avec Paris, en direct, ne dispose pas d’eau potable. Dans la commune de Djembéring, Boucotte en passant par la station du Cap Skirring, les populations sont obligées de creuser des puits pour se procurer de l’eau à boire. Quand on sait que la nappe phréatique n’est jamais loin de la profondeur des fosses septiques, il y a de fortes chances que l’eau des puits y soient polluées.

Alors que les populations regrettent depuis longtemps ce manque d’eau, voila qu’une usine, La Casamançaise, est venue s’implanter dans la zone et puise directement dans cette nappe phréatique. « Chaque jour, ce sont plusieurs tonnes d’eau qui sont exploitées, mises en bouteilles et vendues à travers le pays; sans que le promoteur n’investisse dans des projets de protection de l’environnement. » Ont soufflé des sources villageoises de Kewoulo. Avant qu’on en arrive à ces affrontements de ce matin, Kewoulo avait dépêché une équipe dans le village de Niomoune. Dans cet île niché au cœur de ce qu’on appelle les Îles Karonne, il n’y a ni puits ni eau courante.

« Ici, on a creusé un grand trou pour collecter les eaux de pluie. Et, quand l’hivernage est terminé, c’est cette eau collectée dans un bassin ouvert que l’on utilise jusqu’à son épuisement« , avaient soutenu les villageois aux envoyés spéciaux de Kewoulo. Conséquence de la consommation de cette eau non potable, de nombreuses maladies bactériennes sont présentes dans ces îles où il n’y a, pour couronner le tout, aucun poste de santé. Et, pour s’y rendre, il faut s’organiser plusieurs jours pour avoir une place sur les rares pirogues qui font la navette, deux fois par semaine. C’est donc pour mettre un terme à cette situation que les jeunes ont décidé de marcher ce samedi dans les artères du Cap Skirring. « Mais, le sous-préfet de Cabrousse leur a fait savoir qu’il ne pouvait pas marcher; parce qu’ils n’avaient pas d’autorisation. Aussi, à cause de la pandémie de coronavirus, les rassemblement sont interdites. » A soutenu une source judiciaire de Ziguinchor.

A LIRE AUSSI: Exclusif: Niomoune, Khayaa, Itou, Kasouk, Bobo, voyages au cœur de ces villages oubliés de la République

Alors que la marche est interdite, de l’autre coté, ces mêmes autorités procédaient à la distribution de l’aide alimentaire destinée à aider les familles vulnérables en cette période de pandémie. « C’est du deux poids, deux mesures. Puisque tous les deux événement sont des rassemblements. » Ont déploré certains jeunes qui ont contacté Kewoulo. Décidés à marcher malgré l’interdiction, les villageois se sont opposés à des gendarmes de la brigade du Cap Skirring dont l’un des éléments aurait été blessé dans les affrontements. « Quand ils ont vu la détermination des populations, les gendarmes ont fait appel à des renforts venus de Ziguinchor. Et des chars anti émeutes sont venus pour mater les population. Et, c’est ça a dégénéré. » Regrette-t-on du coté du Cap Skirring où certaines sources ont affirmé à Kewoulo que « le sous-préfet de Cabrousse a été blessé dans les affrontements. »

11 Commentaires

Laisser un commentaire