Urgent: Le franco-sénégalais, Ibrahima Ly, condamné à 15 ans de prison ferme

Urgent: Le franco-sénégalais

Jugé devant le tribunal correctionnel de Dakar pour association de malfaiteurs, apologie de terrorisme et appartenance à un réseau terroriste, le franco-sénégalais, Ibrahima Ly, vient de connaitre la sentence des juges. Il est condamné à 15 ans de prison ferme.

Le tribunal correctionnel de dakar qui s’est réuni, ce matin, a décidé de relaxer le prévenu Ibrahima Ly pour les charges de participation à un groupe terroriste en vue de commettre des actes terroristes. Mais, il a été reconnu, par ce même tribunal, coupable d’apologie du terrorisme et d’association de malfaiteurs. Pour ces deux charges, il a été condamné à 15 ans de prison ferme. Cette peine a été corsée par les travaux forcés.

Cette sentence qui vient couronner le jugement rendu le 14 février dernier est l’épilogue d’une longue procédure ouverte par la justice sénégalaise contre ce franco-sénégalais qui a séjourné à Raqqa -Syrie- en territoire contrôlé par les combattants de l’Etat islamique. Face aux juges, le 14 février dernier, il avait nié les faits qui lui sont reprochés et déclaré que s’il s’était rendu dans ce lieu, c’était pour étudier le Coran sur invitation d’un de ses amis.

Mais, une fois sur place il se serait rendu compte du bourbier dans lequel il s’est retrouvé sans le vouloir. A l’en croire, il ne serait pas un de ces méchants terroristes coupeurs de tête. Mais, il serait « une victime de la propagande islamiste. » Cette thèse de « l’étudiant égaré » en zone de guerre, il l’a soutenu crânement tout le long du procès.

Et ce, malgré les photos et vidéos de propagande qu’il avait réalisées, posant en tenue militaire et muni d’un fusil Kalashnikov. Aussi, si le procureur avait réussi à mettre en mal la défense du franco-sénégalais, les témoignages de l’épouse du prévenu -une fille d’un grand érudit de l’islam soufi- étaient partis pour jouer en sa faveur et casser l’image du parfait terroriste dressé de lui par les magistrats.

Mais voila, les juges de siège en ont décidé autrement. Désormais, c’est à la prison centrale de Reubeus que l’étudiant égaré de Raqqa va, au cours des 15 prochaines années de sa vie, devoir méditer sur son sort.

Laisser un commentaire